Coup de coeur

Solitudes de Niko Tackian: aussi anxiogène que libérateur

C’est peut-être égoïste ce que je vais dire, mais je garde un bon souvenir de ce premier confinement. Bien sûr, je suis dans la peau d’une personne qui ne travaillait pas à ce moment-là, qui passait son temps à lire, à regarder des films et à manger des gâteaux. J’ai le souvenir d’un moment unique, hors du temps, qui m’a permis de me recentrer sur mes proches et sur ma personne.

Je me doute que ce premier confinement a pu faire du mal à certaines personnes, mais il a aussi pu permettre à des auteurs de plonger de force ou pas dans leur bulle de création. Nombreuses sont les œuvres à avoir vu le jour quelques mois après la fin du confinement et c’est le cas du roman du jour. 

Aujourd’hui, je vais vous parler de Solitudes de Niko Tackian publié aux Éditions Calmann-Lévy. Roman aussi anxiogène que libérateur…

La 4eme de couverture

Elie Martins est garde nature dans le massif du Vercors. Amnésique suite à une blessure par balle, il est reparti à zéro dans cette région encore préservée. Alors qu’une tempête de neige s’annonce, Elie se lance sur la piste d’un loup signalé par plusieurs bergers. Les empreintes ensanglantées le conduisent à un immense pin situé dans une plaine désertique. Une femme nue est pendue à ses branches, une mystérieuse inscription gravée sur sa chair. Cette découverte macabre anime immédiatement quelque chose sur la toile blanche de ses souvenirs. La victime est un message à son attention, il en est certain. ? Le lieutenant Nina Melliski est alors dépêchée sur les lieux. Elie est-il coupable ou victime ? Elle ne sait que penser, mais son instinct lui dit que les réponses se trouvent dans les souvenirs disparus de cet homme sans passé.

Solitudes : aussi anxiogène que libérateur

Écrit en trois mois, dévoré en trois jours. Je crois que je n’ai pas besoin de vous faire un dessin pour vous faire comprendre que la lecture de Solitudes de Niko Tackian a été une franche réussite de mon côté. Si l’idée de ne vous dire que ça pour vous parler du roman m’a traversé l’esprit (j’ai l’impression d’être sous l’eau depuis quelques jours et de ne plus réussir à écrire la moindre phrase), je me devais tout de même de vous toucher quelques mots sur ce roman. 

Trois jours pour lire un roman, c’est assez rapide et on pourrait se demander si j’ai bien réussi à m’imprégner de l’atmosphère mis en place par l’auteur. Vous auriez tout à fait raison de vous poser cette question et je vous répondrai tout simplement par : oui, j’ai pu totalement me plonger dans l’univers de Niko Tackian. Si l’auteur s’est mis dans sa bulle pour nous offrir ce roman, c’est aussi pour mieux nous permettre de nous y inviter. Dès les premières pages, l’auteur nous embarque dans un enfer blanc, dans un endroit dangereux pour des citadins comme nous et qui peut nous faire peur par son silence. Solitudes… Ce roman porte tellement bien son nom, tant on plonge dans une sensation à la fois plaisante et oppressante. On entre dans cette histoire, on se coupe du monde, de l’instant présent et on vit cette enquête, cette aventure de vie de la meilleure des façons. 

Cette vallée est libératrice. Que ce soit pour l’auteur, pour ses personnages, mais aussi pour nous. Cette montagne nous apporte à tous une belle leçon de vie, un moment d’intimité avec la nature, mais aussi avec soi-même. C’est une aventure intérieure sous fond d’enquête glaciale que nous offre Niko Tackian et je peux vous assurer que tout est réussi.
La vie n’est pas facile. Celle-ci est faite d’obstacles, d’épreuves en tous genres, de danger, mais elle est là aussi pour nous apporter un nouveau sens à notre existence. Cet enfer blanc représente tout ça à la fois et c’est également sublimé par la plume du romancier. On sent tout l’amour que celui-ci ressent pour les grands espaces et ça nous le rend bien. 

Il est indéniable que vous allez vous attacher à ses personnages. Que ce soit la flic qui n’est pas à l’aise avec toute cette neige, le froid et la solitude ou encore avec ces deux gardes forestiers qui ont trouvé une nouvelle vie dans cette vallée. Impossible de ne pas avoir l’impression d’être dans cette poudreuse, dans cette brume et dans ce froid qui glace le sang, tant Niko Tackian nous fait tout ressentir. Il y a une belle alchimie entre ces éléments et les personnages de cette histoire, si bien que l’on y croie.
Aucun de ces personnages n’est laissé pour compte, l’auteur s’évertue à nous offrir son maximum pour que l’on comprenne leurs failles, leur parcours et leurs croyances. Tout ceci à pour but de nous ancrer dans cette vallée, de nous donner l’impression de vivre cette aventure, cette enquête avec eux et cela fonctionne parfaitement. 

Et l’enquête dans tout ça ? C’est encore une réussite pour moi, tant elle a su me transporter jusqu’à la dernière ligne et qu’elle a su me surprendre. Il y a un petit côté Les rivières pourpres dans son atmosphère qui n’était pas pour me déplaire, bien que Niko Tackian s’en dégage assez facilement pour nous offrir quelque chose d’unique. En effet, si je vous ai parlé de son ambiance, de cette aventure intérieure et de ces personnages, ce n’est pas pour rien, car tous ces éléments nous permettent de ressentir de la crainte dans certains passages de cette enquête. Tout y est très bien ficelé et les chapitres courts donnent envie d’aller toujours plus loin, de comprendre les raisons de ces meurtres qui resteront gravés dans ma mémoire. Bref, Solitudes est le genre de roman que l’on aimerait découvrir plus souvent et ça fait du bien. 


Vous l’aurez compris, Niko Tackian peut se vanter de nous avoir offert un thriller à la fois anxiogène et libérateur dans cette période incertaine. Je pense que c’est le meilleur moment pour le découvrir, pour le dévorer et pour l’apprécier. Ce n’est que le second roman que je découvre de cet auteur et cela me donne envie de continuer mon exploration. Solitudes a ce petit quelque chose qui le démarque des autres romans du moment, si bien qu’il pourrait plaire au plus grand nombre. En tout cas, je remercie l’auteur pour cette bulle hors du temps qui m’a fait souffrir à certains moments, mais qui m’a surtout donné envie de partir quelques jours au grand air, loin de tout ce stress ambiant.  

Publicités

Pour vous procurer Solitudes de Niko Tackian, c’est par ici.

3 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s