Coup de coeur

Un coin de ciel brûlait de Laurent Guillaume : roman noir bouleversant

Entre l’envie d’être trop réaliste, quitte à perdre en émotion, et celle de partir dans l’invention, au risque de ne plus avoir l’essence même du récit, il est toujours assez délicat, selon moi, de mélanger fiction et réalité dans un thriller.
Laurent Guillaume réussit ce mélange à la perfection avec son dernier roman en date publié aux Éditions Michel Lafon. Un coin de ciel brûlait est sans aucun doute la meilleure lecture de cette première partie de l’année 2021 et je vais vous dire pourquoi. 

La 4eme de couverture

Sierra Leone, 1992. La vie de Neal Yeboah, douze ans, bascule sans prévenir dans les horreurs de la guerre civile qui ensanglante son pays : enrôlé de force dans un groupe armé, il devient un enfant-soldat.

Genève, aujourd’hui. La journaliste Tanya Rigal, du service investigation de Mediapart, se rend à une convocation de la police judiciaire suisse. L’homme avec qui elle avait rendez-vous a été retrouvé mort dans sa suite d’un palace genevois, un pic à glace planté dans l’oreille. Tanya comprendra très vite qu’elle a mis les pieds dans une affaire qui la dépasse…

Trente ans séparent ces deux histoires, pourtant, entre Freetown, Monrovia, Paris, Nice, Genève et Washington DC, le destin fracassé de Neal Yeboah va bouleverser la vie de bien des gens, celle de Tanya en particulier. C’est que le sang appelle le sang, et ceux qui l’ont fait couler en Afrique l’apprendront bientôt. À leurs dépens.

Un coin de ciel brûlait : roman noir bouleversant

Laurent Guillaume nous entraîne dans plusieurs lieux, mais également dans plusieurs temporalités pour nous faire vivre une histoire inoubliable, bouleversante et surtout très noir. Un coin de ciel brûlait, c’est un roman de 500 pages qui nous happe, nous tord et nous brise au rythme des événements qui vont finir par nous hanter. C’est un récit qui va faire exploser nos émotions en plein vol, notamment grâce à sa violence dont on essaie de fermer les yeux au quotidien. L’écrivain nous plonge dans un thriller à la dramaturgie intense et parfaite, puisque celui-ci nous entraîne avec alternance dans l’Afrique noir des années 90 où les guerres faisaient rage autour du diamant…

L’immersion est parfaite et on sent directement que le romancier connaît cette région du monde et tout son contexte géopolitique de l’époque. On y découvre les guerres civiles d’une extrême violence, les abus de pouvoir, la corruption toujours plus forte et la folie qui règne dans chaque camp qui s’affronte. Au milieu de tout cela, il y a des villageois innocents, vivant dans une crainte continue de voir débarquer un groupe de rebelles prêt à tout pour faire régner l’ordre. Pillage, viol, massacre. Laurent Guillaume n’y va pas de main morte pour nous faire part de cette réalité, de cette sauvagerie qui déferle sur ces villages, sur la bestialité qui anime certains “soldats”.

Le pire est derrière nous et pourtant, l’écrivain enfonce le clou. Celui-ci nous montre l’envers du décor, l’enrôlement d’enfants pour devenir des chiens de guerre. Pourtant dans cette folie, Laurent Guillaume n’en oublie pas d’insuffler une humanité à son personnage principal, si bien que l’on entre en empathie pour cet enfant qui vit dans la peur constante et qui réussit à garder une âme dans cette guerre qui n’est finalement pas la sienne. Un coin de ciel brûlait joue la carte du roman noir et du roman réaliste qui nous colle à notre siège de lecture, qui joue avec nos nerfs, mais surtout avec nos émotions. Parce qu’au final, dans ce continent qui se déchire, il y a encore une autre couche de violence, celle de l’interventionnisme occidental prête à tous les échanges possibles pour mettre la main sur les richesses d’un pays que l’on pille, quitte à bouleverser l’ordre mondial.

Et dans tout cet amas de violence et d’émotions, le romancier n’en oublie pas de nous faire vivre une enquête instructive, au rythme implacable et qui accélère au bon moment pour nous faire vivre un final dantesque où l’empathie sera à son maximum. Récit de guerre contre l’humanité, en passant par une investigation journalistique, mais aussi par une vengeance basique, Un coin de ciel brûlait s’inscrit parmi les meilleurs romans noirs de cette année, voire de la décennie. 

Pour vous procurer Un coin de ciel brûlait de Laurent Guillaume, vous pouvez cliquer sur ce lien.

2 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s