Littérature

Le bureau des affaires occultes d’Éric Fouassier : la naissance d’un personnage culte

Un nouvel enquêteur débarque aux Éditions Albin Michel !

Plongez dans une enquête palpitante en pleine Monarchie de juillet avec Le bureau des affaires occultes de Éric Fouassier.

Suivez-moi, nous partons sur les traces de la naissance d’un personnage culte…

La 4eme de couverture

Automne 1830, dans un Paris fiévreux, encore sous le choc des journées révolutionnaires de juillet, le gouvernement de Louis-Philippe, nouveau roi des Français, tente de juguler une opposition divisée mais virulente.

Dans ce climat tendu, Valentin Verne, jeune inspecteur du service des mœurs, se voit muter à la brigade de Sûreté fondée quelques années plus tôt par le fameux Vidocq. Ses chefs le chargent d’élucider une série de morts étranges susceptibles de déstabiliser le régime.

Mais qui est vraiment ce policier solitaire, obsédé par la traque d’un criminel insaisissable connu sous le seul surnom du Vicaire ?

Que cache ce visage angélique, derrière lequel perce parfois une férocité déroutante ?

Qui est véritablement le chasseur, qui est le gibier ?

La réponse à ces questions se cache peut-être derrière ces mystérieux miroirs qui semblent guider la main des assassins. À moins qu’elle ne se trouve entre les feuilles du journal de Damien, ce gamin oublié de tous, prisonnier d’une cage en fer, au fond d’une cave sordide.

Le bureau des affaires occultes : la naissance d’un personnage culte

Vous commencez à me connaître, les romans qui ne se passent pas à notre époque ne sont pas vraiment fait pour moi. Je ne pourrais pas vraiment expliquer ce qui me dérange dans le côté historique, mais je n’arrive tout simplement pas à me plonger dedans, à m’imprégner de l’époque et je ne retrouve pas forcément mon rythme de croisière… Vous vous doutez donc que ma rencontre avec Le bureau des affaires occultes d’Éric Fouassier était voué à l’échec et pourtant ce ne fut pas le cas.
Il faut dire que l’auteur sait y faire, puisque son prologue nous plonge dans l’expectative et dans une ambiance où règne folie et noirceur. Il ne m’en fallait pas plus pour continuer à dévorer le reste de cette enquête et autant vous dire que je n’ai pas été déçu. Ce que l’on remarque d’emblée, c’est le soin que le romancier apporte à son univers et à la ville de Paris qui devient un personnage à part entière. On s’enfonce dans une période de trouble politique, de pauvreté extrême et de crasse. On s’imagine pleinement déambuler dans les rues sombres de la capitale, devant faire attention aux moindres voleurs, proxénètes, tout en sentant le moindre effluve nauséabond du lieu. La carte postale est posée et elle est loin d’être idyllique. 

Côté enquête, Le bureau des affaires occultes n’a rien à envier aux autres de sa catégorie. Éric Fouassier nous offre une affaire palpitante, généreuse en action et en découverte, mais surtout passionnante à suivre, puisque celui-ci nous place dans la peau d’un jeune officier de police qui s’intéresse de prêt aux sciences. Laissez de côté vos habitudes de thriller où la technologie aide pour tout, ici c’est l’intelligence et la ruse qui vous aidera à démêler la vérité.
En parlant de ça, le romancier nous offre un héros haut en couleur et qui est en passe de devenir un personnage culte. J’ai rarement eu un personnage aussi charismatique devant les yeux et celui-ci nous donne envie de le suivre dans n’importe quelle situation. Valentin Verne est sans doute plus intelligent que la moyenne, mais il saura toujours l’utiliser à bon escient pour se sortir de toutes les galères. Éric Fouassier semble prendre un malin plaisir à jouer avec ce personnage et cela se ressent dans les actions ou dans sa façon d’être. Mais Verne n’est pas qu’un jeune inspecteur de génie, c’est aussi un personnage énigmatique qui prendra tous les risques pour suivre la trace d’un homme qui semble dangereux. On sent qu’un drame a jalonné sa vie et l’a sans doute façonné, mais je peux vous garantir que vous êtes loin de découvrir la vérité…


Vous l’aurez compris, Le bureau des affaires occultes est une belle entrée en matière qui donne envie d’avoir la suite des aventures de Valentin Verne. Éric Fouassier réussit à nous offrir un personnage en passe d’être culte en à peine quelques centaines de pages, tout en nous offrant un récit aussi riche qu’incroyablement prenant. Bref, vous pouvez y aller les yeux fermés (enfin pas trop quand même) !



Publicités

Pour vous procurer Le bureau des affaires occultes c’est par ici.

4 réponses »

Répondre à Light And Smell Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s