Coup de coeur

Cauchemar de Paul Cleave : explosif

Si Paul Cleave fait partie de mes auteurs préférés, ce n’est pas pour autant que je saute sur toutes ses sorties. C’est peut-être bizarre, mais je vois cet auteur comme une valeur sûre, comme un endroit où je me sens bien et dans lequel j’ai besoin de me réfugier de temps en temps.

C’est ainsi que j’ai dévoré son Cauchemar en une petite journée et autant vous dire que celui-ci était explosif ! 

La 4eme de couverture :

Acacia Pines, États-Unis. Une petite fille, Alyssa Stone, a mystérieusement disparu. Noah, un des flics de la ville, fait irruption chez le principal suspect. Fou de rage, il le séquestre et le torture jusqu’à ce que l’homme lui révèle le lieu où la victime est retenue captive. Noah file alors vers une vieille maison abandonnée, où il retrouve Alyssa enchaînée dans la cave, encore en vie.

Fin de l’histoire ? Non, début de l’histoire. Dévoiler davantage la suite des événements serait criminel. Sachez seulement que ceux-ci se passent douze ans plus tard. Le jour où Alyssa est à nouveau portée disparue. Et que le cauchemar recommence.

Cauchemar : explosif

Quand Paul Cleave quitte la Nouvelle-Zélande pour les États-Unis, c’est pour mieux s’imprégner de son influence. L’auteur nous offre avec Cauchemar un thriller / roman noir explosif qui ne pourra laisser personne indifférent. Le roman s’articule comme un véritable page turner digne des plus grands, croyez-moi, il est impossible de poser ce livre dès lors que l’on a lu quelques pages… Tous les ingrédients de Paul Cleave sont là : c’est sombre, cynique, tout en ayant une profondeur dans les personnages et les États-Unis apporte un petit plus avec l’action.
Il faut bien admettre que ce Cauchemar semble ne jamais s’arrêter et nous plonge sans cesse dans une spirale infernale. On tourne les pages avec avidité, on ne fait qu’un avec les personnages et cette histoire, si bien que l’on a l’impression d’avoir toujours vécu dans cette bourgade. L’auteur nous entraîne dans une petite ville où tout le monde semble se connaître depuis toujours, où les gens ont du mal à partir et où ils semblent se transformer. Acacia Pines n’est pas une petite ville comme les autres, elle donne l’impression d’aspirer toute l’humanité qui peut subsister chez les gens. C’est dans ce décor que Paul Cleave décide de nous plonger dans une histoire impressionnante de justice, qui peut sembler bien trop absurde, mais qui fonctionne pourtant à la perfection.

C’est avec un prologue aussi violent, que dramatique que commence Cauchemar est autant dire que l’auteur nous plonge directement dans le bain. On comprend tout de suite que l’histoire sera sombre, sans concession et que Paul Cleave ira toujours plus loin pour nous faire vivre une aventure inoubliable. Si tout cela fonctionne sur la durée, c’est avant tout grâce à son rythme qui ne faiblit jamais, même quand l’auteur se pose quelques instants pour nous offrir de merveilleux moments d’humanité. Le roman se vit comme un film d’action, bien qu’il aurait sa place dans un format de mini-série. Car si c’est l’action façon Vigilant que l’on remarque le plus, c’est bien le côté dramatique qui est au cœur de cette histoire. L’auteur prend le temps de nous offrir des personnages complexes, ambivalents sans être manichéens et surtout un anti-héros au cœur pur. Noah peut, dans un premier temps, vous faire lever au ciel, mais c’est tous ses défauts qui en feront un personnage marquant. On finit par l’aimer, par comprendre son envie de vérité, d’aller toujours plus loin pour ça. On finit par le suivre quoi qu’il en coûte et on finit par découvrir un homme aux convictions inébranlables.


Je n’en dirais pas plus sur ce roman car s’il est bien question de justice dans ce Cauchemar, cela va bien plus loin. Je n’avais pas vu venir LE retournement de situation qui entraîne ce roman de Paul Cleave encore plus profondément dans la noirceur humaine et dans toute son horreur. Vous l’aurez compris, ce titre est à part dans le travail de l’auteur et il faut absolument le découvrir. C’est disponible aux Éditions Sonatine, mais aussi chez Le livre de poche.

Publicités

Pour vous procurer Cauchemar de Paul Cleave, c’est par ici.

4 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s