Coup de coeur

De l’or et des larmes d’Isabelle villain : un polar en quasi-vase clos

Si l’année 2022 avec plutôt mal commencé avec le décevant N’avoue jamais de Lisa Gardner, il faut bien admettre qu’Isabelle Villain vient remonter le niveau avec De l’or et des larmes son nouveau roman publié aux Éditions Taurnada.

La romancière nous transporte dans un polar en quasi-vase clos pour nous détruire à petit feu dans une enquête poignante teintée de faits réels. À coup sûr, la belle surprise de ce début d’année. 

La 4eme de couverture

Jean-Luc Provost, le très médiatique entraîneur de gymnastique français, meurt dans un accident de voiture. La thèse du suicide, à seulement six mois des prochains jeux Olympiques de 2024, est très vite écartée.
L’affaire, considérée comme sensible et politique, est confiée au groupe de Lost. Pourquoi vouloir assassiner un homme qui s’apprêtait à devenir un héros national ?
Rebecca et son équipe se retrouvent immergées dans un monde où athlètes et familles vivent à la limite de la rupture avec pour unique objectif l’or olympique. Ils sont prêts à tous les sacrifices pour l’obtenir.
Jusqu’au jour où le sacrifice demandé devient insurmontable…

De l’or et des larmes : un polar en quasi-vase clos

Avec ce nouveau roman, Isabelle Villain nous offre un polar de qualité qui n’a rien à envier aux grands noms du genre. La romancière nous embarque ainsi dans une enquête aux rebondissements et aux fausses pistes multiples, tout en nous projetant dans un univers inconnu pour bon nombre d’entre nous. C’est sans doute ce choix qui permet à De l’or et des larmes de se démarquer des autres romans noirs et de proposer un récit bien plus sombre qu’il n’y paraît.
Tous les ingrédients sont présents pour maintenir la tension, si bien que le roman se dévore.
Isabelle Villain nous attrape avec sa plume et cette façon de nous transporter dans une enquête humaine. On plonge aux côtés des membres de cette équipe et on s’implique dans la vie privée de certains, donnant alors l’impression de ne faire qu’un avec eux. Tout cela permet alors à sa romancière de mettre en place toute une palette d’émotions qui éclatera au fil des pages. Aussi touchant que révoltant, De l’or et des larmes est le genre de roman difficile à oublier. 

Publicités

C’est donc cet univers de fond qui maintient notre curiosité. À la manière d’un Jean-Christophe Grangé dans Les rivières pourpres, Isabelle Villain nous projette dans un monde vivant quasi en vase clos. Bienvenue dans le sport de haut niveau et dans l’abnégation la plus totale, tant les athlètes sont coupés de tout et de leur famille dès leur enfance afin de devenir les meilleurs. La romancière semble très bien connaître cet univers, tant on ressent cet aspect quasi-documentaire dans la façon dont elle a de nous présenter cette équipe de gymnastes. On découvre alors des adolescents prêts à tous les sévices psychologiques pour performer aux JO et obtenir quelques secondes de gloire. La souffrance est palpable à chacune des scènes et on sent que ces adolescents ont été privés de nombreuses choses et forcés à grandir trop vite, aussi bien psychologiquement que physiquement. 

C’est dans ce monde que l’enquête prend forme et dans ce monde qu’Isabelle Villain a décidé de nous détruire à petit feu. On sent que quelque chose ne tourne pas rond dans cette enquête et dans cette équipe, mais nous n’étions pas prêts à toute cette horreur. La romancière s’inspire de faits réels pour alimenter son récit et pour nous montrer les ravages du sport de haut niveau, mais aussi de qui peut se passer lorsqu’un prédateur tourne autour de ce monde. Les langues ont du mal à se délier, la souffrance est là, poussant certains au pire et lorsque la parole se libère, c’est tout un monde qui bascule, qui se heurte à la politique. De l’or et des larmes est un roman poignant à bien des niveaux, utile pour faire avancer les choses et d’une rage sereine. Avec cette véritable bombe psychologique, la romancière nous plonge dans la vie privée de ces familles qui vivent au même rythme que leurs enfants, faisant une confiance aveugle à la fédération. Isabelle Villain finit par nous détruire dans le dernier tiers avec ses révélations, ses injustices et cette rage qui explose en nous. Implacable. 


De l’or et des larmes s’avère donc être un polar bien plus dense qu’il n’y paraît. Avec cette œuvre basée sur des faits réels, Isabelle Villain joue la carte du roman coup de poing et on peut dire que celle-ci réussit son coup. On passe par toutes les étapes psychologiques au sein de cette enquête et on en ressort avec cette impression d’avoir lu un roman utile à bien des égards. De l’or et des larmes fera partie à coup sûr des prétendants pour le TOP de l’année 2022. Vous savez ce qu’il vous reste à faire…


Pour vous procurer De l’or et des larmes d’Isabelle Villain, vous pouvez cliquer sur ce lien.


Pour vous offrir une box La Kube, c’est par ici.


Publicités

6 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s