Coup de coeur

La chapelle des damnés de John Faredes : une suite à ne pas mettre entre toutes les mains

Vous êtes en quête du Graal de la violence ? John Faredes remet un coup dans la fourmilière du thriller français avec La chapelle des damnés, un roman à ne pas mettre entre toutes les mains. Disponible depuis la fin juin aux Éditions Nouvelles Plumes et en exclusivité dans les librairies France Loisirs.

Vous n’êtes pas prêt pour cette folie. 

La 4eme de couverture

Il pensait avoir échappé à l’enfer, il vient seulement d’en franchir les portes.
L’écrivain John Conroy espère laisser derrière lui le cauchemar dans lequel Sharon Palmer l’a entraîné.
Mais c’est sans compter sur les fans de la mythique réalisatrice qui le tiennent pour responsable de sa disparition et rêvent de vengeance. La mort frappe à nouveau et le touche de très près…

La chapelle des damnés :
une suite à ne pas mettre entre toutes les mains

Est-il possible d’offrir une suite à la hauteur ? Est-il possible de nous plonger davantage dans l’horreur et la noirceur humaine ? C’est le genre de questionnement que l’on est en droit de se poser lorsque l’on entame un deuxième tome qui fait suite à une réussite. Le moins que je puisse dire, c’est que John Faredes réussit cet exploit haut la main avec La chapelle des damnés. La difficulté pour moi ici sera de ne pas me répéter dans les superlatifs et autres joyeusetés, tout en essayant de vous donner envie de vous engouffrer dans cette histoire malade, complètement folle.
Avant toute chose, il est important de savoir que l’on est ici avec la suite directe du roman Le neuvième fragment, et bien qu’il est possible de débuter par celui-ci, je vous invite tout de même à le découvrir avant. Ne serait-ce que pour vous imprégner de l’univers sombre, morbide et déviant de son auteur.

Maintenant, que tout est dit, je peux vous parler de cette belle claque qui m’a plongé dans un trou noir d’horreur et de violence qui ne plaira pas à tout le monde. John Faredes a titillé mes plus bas instincts dans son roman et m’a même poussé dans certains retranchements. Pourtant, j’ai eu peur que le rendez-vous ne soit pas à la hauteur de mes espérances. Je ne sais pas si la fatigue actuelle a joué sur moi, mais j’ai eu du mal à entrer dans cette suite. Les cent premières pages m’ont paru difficiles à franchir et celles-ci m’ont donné l’impression d’avoir la fonction de remplissage. Attention, je ne dis pas que l’auteur en a trop fait, mais que l’action mettait du temps à venir. C’est par la suite que j’ai pu me mettre en tête que tout ceci était utile à l’intrigue. La chapelle des damnés se mérite, ménage ses efforts pour mieux nous exploser à la tronche. Profitez du calme relatif du début pauvre mortel, John Faredes va s’occuper de vous et ça va faire mal, très mal…

Vous l’aurez compris, la suite ne fait pas dans la dentelle. L’auteur décide de nous plonger toujours un peu plus dans la folie humaine en nous faisant côtoyer plusieurs tueurs, violeurs en série de la pire espèce. Alors que l’on pourrait craindre une escalade de la violence gratuite, le romancier nous questionne sur notre fascination, notre résistance ou notre répulsion face à celle-ci. La chapelle des damnés prend un nouveau cap et celui-ci ressemble à un croisement des genres, entre un vigilant et ce que l’on pouvait retrouver dans le long-métrage A Serbian Film. Normalement, vous voyez directement de quoi je veux parler, que vous ayez vu le film en question ou non. John Faredes prend le risque de nous enfoncer dans la crasse, dans l’horreur, de nous faire vivre une expérience douloureuse, inoubliable et qui pourra nous changer à tout jamais. Notre esprit sera mis à rude épreuve avec des situations psychologiques complexes. C’est dans la douleur que l’extase vient (c’est à peu près ce qu’un des personnages avance dans cette histoire) et je ne peux que lui donner raison. La chapelle des damnés s’offre à nous et nous propose un thriller brutal, sans compromis, qui ne plaira qu’à une infime partie des fans de ce genre. 

Vous pensez avoir le cœur bien accroché pour découvrir ce qu’il se cache dans cette chapelle ? 


Aucun doute à avoir, John Faredes va se faire un nom parmi les auteurs de romans noirs, de thrillers hardcore. Il prouve avec cette suite qu’il a encore quelques idées bien folles à nous proposer et des questionnements toujours aussi profonds à exploiter. La chapelle des damnés est une suite à ne pas mettre entre toutes les mains, mais c’est surtout un roman qui va vous surprendre, vous faire vivre une expérience unique, cathartique, que vous n’êtes pas prêts d’oublier. 

Pour vous procurer La chapelle des damnés de John Faredes (dispo en exclusivité chez France Loisirs), c’est par ici.

Publicités

3 réponses »

Répondre à Nath - Mes Lectures du Dimanche Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s