Coup de coeur

Détruire tous les monstres de Grady Hendrix : relecture parfaite du mythe de Faust

Rares sont les livres qui réussissent à mélanger plusieurs de mes passions. Détruire tous les monstres de Grady Hendrix réussit cet exploit de manière fracassante avec une œuvre hybride, cauchemardesque et grandiose…

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un livre qui ne plaira pas forcément à tout le monde. Aujoud’hui, je vais vous parler d’une relecture parfaite du mythe de Faust. Aujourd’hui, je vous donne mon avis sur Détruire tous les monstres de Grady Hendrix publié chez Sonatine éditions. 

La quatrième de couverture

Et si on vous entendait enfin crier ?

À l’adolescence, la musique a sauvé Kris d’une vie misérable. Elle a monté un groupe de metal avec son ami Terry, puis a pris la route pour une décennie de concerts, d’ivresse, de narcotiques et de délires divers. La belle vie, en somme. Jusqu’au jour où la musique s’est arrêtée. Et où Kris est revenue dans son bled pourri pour travailler dans un hôtel tout aussi pourri. Avec des tonnes de tranquillisants pour endormir sa colère.

La bête en elle se réveille enfin le jour où elle apprend que Terry, qui a trahi le groupe pour une carrière solo triomphale, va refaire une série de concerts.

Et c’est une bête très, très en colère.

Le temps est en effet venu d’aller trouver Terry pour s’expliquer.

Pour lui montrer qu’il reste des choses, dans ce monde, qui ne sont pas à vendre.

Un livre pour tous ceux qui trouvent que le volume n’est jamais assez fort.

Détruire tous les monstres :
relecture parfaite du mythe de Faust

Oeuvre singulière s’il en est, Détruire tous les monstres est le genre de roman qui entre directement par la grande porte pour atterrir dans les plus gros coups de cœur de cette année 2020. Je ne vous cache pas que l’œuvre de Grady Hendrix pourra en laisser plus d’un de côté, faute à une thématique qui ne parlera pas à tout le monde. Mais attention, ne vendez pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué, car l’auteur a plus d’un tour dans son sac pour vous faire changer d’avis…

Détruire tous les monstres est une quête vengeresse, flirtant du côté du thriller, mais pas que. Le romancier offre ici une aventure épique, sombre, torturée, parfois délétère, sanglante et qui se vit comme un véritable album de Metal. Tel Tommy de Ken Russell, Grady Hendrix nous plonge dans un véritable opéra fait pour les amateurs du genre. On avance dans cette histoire comme si nous étions un personnage à part entière et nous naviguons dans un récit où les genres s’entremêlent pour ne faire qu’un. Le romancier, en transe, amoureux de cette musique fait une offrande aux dieux du Metal, voire au diable, avec son œuvre hybride et complète, mais surtout avec cette relecture du mythe de Faust.

Véritable bible pour les amateurs de ce genre musical, Détruire tous les monstres s’adresse également aux autres. En rendant hommage à cette musique, l’auteur explore tous ses clichés pour en faire quelque chose de riche, de palpable. Les références sont là, avec un album mythique pour chaque chapitre, avec des termes techniques ou autres sous-genres du Metal, mais tout cela ne vous perdra absolument pas si vous n’êtes pas familier de cet univers. Il est indéniable que l’auteur m’ait fait voyager dans mes souvenirs de concerts, de festivals et m’a renvoyé vers mes premières écoutes d’album de musiques extrêmes. Détruire tous les monstres est avant tout un thriller inclassable, inoubliable et de grande qualité de par la plume de l’auteur et sa capacité à nous emporter dans quelque chose de plus grand.

Grady Hendrix plonge le lecteur dans une drôle de position. Cette histoire, est-elle vraie ou nous immerge-t-elle tout simplement dans le cerveau malade de Kriss ? En explorant des thématiques comme le contrôle mental de la société, les idées conspirationnistes et autres joyeusetés, Grady Hendrix offre plusieurs degrés de lectures rendant son roman complet, sans pour autant être complexe. Détruire tous les monstres se lit avec plaisir, avec fougue et nous avons envie de suivre Kris dans sa quête vengeresse jusqu’au bout du monde.
Le roman vibre sous les assauts répétés de la musique Metal, le rythme se fait ressentir dans cette plume incisive, parfois fantasmagorique, si bien que l’auteur réussit à nous faire vivre une aventure inédite, incontrôlable et surtout Rock’n’Roll. 


Véritable cri du cœur pour la musique extrême, Détruire tous les monstres est le genre de roman à ne laisser personne indifférent, tant celui-ci est singulier, hors normes et inédit. Laissez-vous tenter par ce roman noir qui a plus d’un tour dans son sac et qui vous ravira avec ses nombreux niveaux de lecture. Grady Hendrix vous plonge dans son univers avec force, fougue et surtout avec réussite !



Publicités

3 réponses »

  1. Moi aussi j’ai voyagé dans mes souvenirs ;-). Oui, il faut de l’ouverture d’esprit pour lire cet excellent roman, mais comme tu le dis bien, il en vaut la peine !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s