Littérature

La patience du diable de Maxime Chattam : Le diable se cache dans les détails

Un week-end solitaire ? Besoin d’une valeur sûre pour terminer un livre en à peine deux petites journées ? Quand il m’arrive d’avoir ce genre de besoin, deux auteurs répondent à ma demande… Franck Thilliez et Maxime Chattam.

Cette semaine, je vous parle de La patience du Diable de Maxime Chattam, suite de La conjuration primitive, disponible aux Editions Albin Michel et chez Pocket.

La 4eme de couverture

 Un go-fast pris en flag qui transporte bien pire que de la drogue…
Deux ados qui tirent sur les passagers d’un TGV lancé à pleine vitesse…
Des gens ordinaires découverts morts… de terreur. Le diable mène le bal, le monde est devenu fou.
Lieutenant à la section de recherches de Paris, Ludivine Vancker comprend bientôt qu’un fil sanglant relie ces faits divers. Rien ne pourra l’empêcher de remonter la piste à sa source. Aux racines de la peur.

La patience du diable : Le diable se cache dans les détails

Souvenez-vous, il y a quelques semaines je me demandais s’il était possible pour un auteur de faire mieux après nous avoir offert un roman de folie. Pour le cas Franck Thilliez, la réponse avait été oui, mais pour Maxime Chattam qu’en est-il ?
Je ne vais pas vous faire attendre, mais la réponse est non… La patience du Diable n’a pas su faire mieux que La conjuration primitive et je dirais même que l’auteur n’a pas réussi à faire aussi bien…

la-patience-du-diable-maxime-chattam

Alors, attention, je ne dis que le roman est mauvais. On est loin de cette idée, mais je dirais que La patience du Diable est assez convenu et qu’il n’apporte pas assez de surprise. Peut-être que j’en attendais trop, mais le constat est là. Je n’ai pas repris de claque dans la tronche…
Pourtant, Maxime Chattam maîtrise son histoire, son rythme et son suspense. Si bien que certains chapitres pourront être lus en apnée total, tout en réveillant de drôle de sensations chez certains. Je pense surtout aux nombreux chapitres parlant de massacre dans des lieux publics… C’est puissant, perturbant et on repense tout de suite à certains événements que le pays a connu. La patience du Diable expose différents crimes bien horribles et angoissants à la limite du terrorisme, ainsi qu’un traffic de peaux humaines, pour les relier ensuite vers un même cerveau, qui n’est autre que le diable en personne… Maxime Chattam va jouer sur la folie ambiante, sur le fait que notre société ne croit plus à ces balivernes et sur certaines scènes qui frôlent le fantastique, mais on sait qu’au final l’auteur va nous remettre sur quelque chose de rationnel.

Le soucis, c’est que La patience du Diable ressemble un peu à ce que l’on avait pu avoir le précédent. Si bien que l’on se sent obliger de les comparer et de voir que celui-ci manque cruellement d’intérêt au milieu de l’enquête. On a l’impression d’avoir quelque chose de déjà vu et pas que chez cet auteur. On a aucune surprise et si vous êtes attentifs aux détails, le diable sera vite trouvé… MAIS, l’auteur est fort, il maîtrise son intensité, afin de nous offrir un dernier quart explosif, prenant et angoissant. Au fond de moi, je connaissais l’identité du tueur, mais j’avais tout de même peur pour les personnages. La tension était forte et le final explosif !

La Patience du Diable est un thriller convenu, mais qui pourra tout de même plaire aux amateurs du genre. C’est toujours aussi percutant, perturbant et gore, mais ça sent le réchauffer…

8 réponses »

  1. Je suis complètement d’accord avec toi pour cette chronique. J’ai lu La Conjuration Primitive avant d’enchaîner directement avec La patiente du Diable et je n’ai clairement pas ressenti le même plaisir de lecture. Un peu trop de similitude entre les deux romans mais sans jamais atteindre la puissance de La conjuration Primitive. Mais comme tu dis ça reste un bon roman qu’il n’est pas déplaisant de découvrir 🙂 Bon weekend !

    Aimé par 1 personne

    • Je ne sais même pas comment j’aurais ressenti la lecture en lisant les deux à la suite… J’ai vu les similitudes à presque 1 an d’interval… Malheureusement, je prends de moins en moins de plaisir à lire du Chattam, enfin je retrouve moins son style marquant des débuts !

      J'aime

  2. Perso, je n’ai pas accroché au premier tome dans lequel on faisait la connaissance de Ludivine Vancker. Trop de passages de scènes de crimes très longs à mon goût 😕

    Aimé par 1 personne

      • Non, je n’ai pas aimé le perso de Ludivine justement, et j’ai trouvé que les scènes de crimes étaient trop détaillées, pas dans le sens gore, ça ne dérange pas, mais dans le sens ou il y avait trop un coté « les experts » Je préfère les récits de Chattam moins policier, comme « Que ta volonté soit faite » par exemple.

        J'aime

      • Ah oui c’est le genre de petit côté dont je ne fais pas attention chez Chattam… Tous les goûts sont dans la nature 😋. Je lui préfère Thilliez dans le genre 😇

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s