Coup de coeur

S’adapter ou mourir d’Antoine Renand : la violence au centre du récit

Premier rattrapage de l’année 2021 avec la découverte du dernier roman en date, S’adapter ou mourir, de l’auteur Antoine Renand. Autant dire que celui-ci a fait parler de lui sur cette fin d’année et il me tardait de comprendre pourquoi.

Premier constat : en mettant la violence au centre de son récit, le romancier nous offre un roman plus complexe et c’est tout ce que je demandais. 

La 4eme de couverture

Elle a 17 ans et s’est enfuie de chez sa mère pour se sentir enfin libre. Accompagnée de son petit ami, elle fait escale chez un homme qu’elle n’a jamais rencontré mais avec lequel elle discute depuis des mois sur Internet. Elle en a fait son confident. Alors qu’il pourrait bien s’agir du plus abject des monstres…
Il a 40 ans, est réalisateur de cinéma, en couple avec la même femme depuis leurs années de lycée. De soudains déboires conjugaux et professionnels le contraignent à trouver un job alimentaire : modérateur pour Lifebook, le plus important des réseaux sociaux. Sa mission : supprimer des vidéos interdites du fait de leur caractère choquant, sexuel ou ultraviolent.
Dans une société en constante évolution, où le précepte  » S’adapter ou mourir  » connaît des résonnances tant dans la folie meurtrière des hommes que dans le monde du travail, les destins de ces deux êtres, si éloignés au départ, finiront par s’entrechoquer.

S’adapter ou mourir : la violence au centre du récit

Troisième roman pour cet auteur français et déjà cette impression que celui-ci s’est fait une très belle place dans le haut du panier. Avec S’adapter ou mourir, publié en octobre 2021 aux Éditions Robert Laffont, Antoine Renand joue avec les codes du thriller pour mieux les briser quand il le souhaite, afin de nous emporter dans un tourbillon de sentiments contradictoires. Qu’on se le dise, le romancier signe ici son meilleur roman à ce jour. Plus complet, plus complexe, plus sombre et sans doute plus équilibré, ce nouveau récit nous entraîne à la découverte de deux destins brisés qui vont finir par se télescoper. Si les premiers instants de S’adapter ou mourir pouvait donner l’impression de retrouver un côté “déjà-vu” dans le thriller avec cette histoire de séquestration, Antoine Renand calme nos inquiétudes en nous offrant un moment d’une richesse et d’une profondeur rare teinté, bien sûr, de son lot de violences. 

Publicités

C’est d’ailleurs cette violence qui va parcourir ce roman et c’est celle-ci qui va apporter toute la saveur de ce nouveau récit. Si cette brutalité se retrouve tout au long de cette histoire, elle n’est, en aucun cas, insoutenable, tant Antoine Renand fait preuve d’une maîtrise infaillible de son écriture et de ce besoin de pudeur. Celui-ci en montre bien assez pour que notre imagination fasse le reste et pour que notre voyeurisme s’en contente. La violence qui est utilisée dans S’adapter ou mourir est multiple et questionne sans arrêt la moralité du lecteur et des personnages. Celle-ci pourra être physique lors de certains passages évoquant la séquestration de cette jeune femme, mais aussi au travers du travail de modérateur de notre personnage principal. Elle pourra également être plus vicieuse, plus palpable, notamment dans la réalité sociale et économique que nous offre le romancier. Celui-ci nous plonge avec férocité dans le monde du travail, mais aussi dans celui de la misère sociale où l’individu lambda est obligé de prendre le pire job pour tenter de s’en sortir, de remonter la tête de l’eau. C’est sans s’appesantir sur les mots et les descriptions qu’Antoine Renand nous plonge dans un contexte difficile à supporter, fait de violence quotidienne et de peur du lendemain. 

S’adapter ou mourir est un roman d’une richesse incroyable, tout en restant d’une efficacité redoutable. En brisant les codes du thriller, Antoine Renand fait tout de même en sorte de ne pas perdre son lectorat en offrant un récit qui se dévore. La plume est cinématographique et le récit se transforme petit à petit en un véritable scénario retors où il sera bien compliqué de comprendre où le romancier souhaite nous amener.
L’autre force de l’écrivain passe également par la profondeur qu’il donne à ses personnages, si bien que l’on finit par croire totalement à ce qui peut arriver par la suite. On plonge dans le quotidien brisé de ces deux personnages et l’on découvre ou du moins on se rend encore plus à l’évidence de la violence de notre monde moderne. On plonge corps et âme dans cette violence et on finit par ne faire qu’un avec elle. Subir ou se réveiller ? Voilà tout l’enjeu de ce roman et autant dire qu’Antoine Renand nous met, une nouvelle fois, dans une drôle de position. Dans cet amas de violence est-il bien raisonnable d’en ajouter pour se donner une raison d’exister ? 


S’adapter ou mourir est un roman qui a augmenté le degré de rage qui sommeille en moi, mais c’est aussi un récit d’une fluidité exemplaire qui m’a, une nouvelle fois, permis d’entrer en empathie avec ses personnages. Antoine Renand se place définitivement dans mon trio d’auteurs incontournables, tant il a su prouver qu’il était un romancier complet en jouant sur les codes du thriller pour nous offrir bien plus. Ce nouveau roman est à la fois un véritable coup de poing, une réflexion sur notre société et sur sa violence systémique, mais également sur la place et sur l’importance que l’on peut avoir sur le monde qui nous entoure. En bref, un véritable coup de coeur littéraire qui figurera à coup sûr dans le top de l’année 2022. 


Pour vous procurer S’adapter ou mourir d’Antoine Renand , vous pouvez cliquer sur ce lien.


Pour vous offrir une box La Kube, c’est par ici.


Publicités

7 réponses »

  1. On efface tout et tout va mieux dans le meilleur des mondes. Bordel ce livre. J’attends le prochain avec impatience. Merci pour la chronique qui tabasse. 😘🙏

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s