Séries

[CRITIQUE] : Lutins – saison 1 (2021)

Alors que les fêtes de fin d’année ont envahi nos écrans de télévision et nos rues, des créateurs ont décidé de changer un peu la donne en nous offrant quelques délicieux bonbons fantastiques pour faire passer le temps.
C’est ainsi que Lutins (Nisser en danois), série créée par Stefan Jaworski, fait son apparition sur la plateforme Netflix, histoire de nous faire “frissonner” en attendant l’arrivée du vieux barbu. 

SYNOPSIS :
Des vacances de Noël se transforment en cauchemar pour une adolescente et sa famille lorsqu’elles découvrent une ancienne menace qui guette leur escapade insulaire.

Qu’on se le dise, Lutins est une parfaite friandise à se mettre sous la dent durant cette période de Noël, bien que la série aurait pu durer un peu plus longtemps pour faire durer le plaisir. Le premier constat que l’on peut se faire, c’est que cette nouvelle série Netflix dispose d’un pitch sacrément accrocheur. En reprenant tout l’imaginaire qui se cache derrière le concept des elfes, l’équipe de créateur décide de nous immerger au sein d’une forêt insulaire mystérieuse pour nous faire vivre une aventure aussi bien magique que tragique.

Il est indéniable que Stefan Jaworski s’est inspiré de certains films des productions Amblin pour nous offrir cette trop courte série TV. Tout est là pour nous plonger dans la nostalgie d’un divertissement familial n’hésitant pas à franchir la ligne de l’épouvante, histoire de pimenter les fêtes de fin d’année. On retrouve ainsi toute une esthétique et un choix de cadre qui nous replonge dans une nostalgie plaisante, mais également une relation enfant-créature des plus sympathique, nous renvoyant alors à des longs-métrages comme E.T ou encore Gremlins.
Par contre, ce n’est pas le personnage de la jeune Josefine qui va réussir à vous attendrir puisque nous avons là le parfait archétype de l’adolescent insupportable, en pleine rébellion et qui ne réfléchit pas avant d’agir. Qu’on se le dise, si les vacances de Noël sont gâchées, c’est bien à cause d’elle…

Publicités

La série Lutins réussit parfaitement à nous faire ressentir une certaine tendresse pour cette petite bête, nommée Kee-Ko. C’est bien sur cet aspect que le créateur va jouer sur nos sentiments, tant le reste souffre un peu plus du format court. En effet, bien qu’elle se dévore en un rien de temps, cette série Netflix aurait mérité deux ou trois épisodes supplémentaires, afin de mieux poser sa mythologie, ses enjeux et ses personnages. Le format court (6×20 minutes) est un frein pour ce concept, alors que celui-ci essayait de poser quelques sujets sur la table. Il y sera question d’écologie, des activités de l’Homme sur la nature, de vivre ensemble, mais également du fossé qu’il peut exister entre les citadins et les ruraux. Il est fort dommage que la série de Stefan Jaworski passe à côté de son potentiel. 

Pour le reste, Lutins reste une série sympathique à voir en famille, tant les créateurs n’ont pas poussé le curseur de l’horreur. Tout se passe hors-champ, si bien que l’on n’est spectateur d’aucune attaque perpétrée par les créatures. Bien évidemment, c’est l’imagination qui fera le reste et celle-ci sera aidée par la mise en scène qui joue par moment sur son environnement pour nous faire sentir en insécurité ou encore sur les bruitages utilisés pour faire apparaître les lutins. D’ailleurs, ceux-ci pourront effrayer les plus jeunes, notamment lorsqu’ils apparaissent dans la pénombre, mais pour le reste le peu de budget empêche de véritablement exploiter cette figure horrifique en plein jour. Les créatures devenant alors assez ridicules, notamment dans les derniers instants de l’épisode final…

Lutins est donc le genre de série courte que l’on aime regarder en une petite demi-journée, tant tous les ingrédients sont présents pour nous faire rester devant l’écran. Son format court et son envie de nous replonger dans l’imaginaire des productions Amblin fonctionne à merveille, tant et si bien que l’on finit par en vouloir plus. Ça tombe bien, puisqu’il se pourrait qu’une saison deux soit déjà en discussion. Stefan Jaworski offre ici le petit bonbon acidulé qui ravira celles et ceux qui n’aiment pas trop la période de Noël. 

Note : 3.5 sur 5.

Lutins est disponible depuis le 28 novembre 2021

Publicités

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s