Cinéma

Three Billboards Outside Ebbing, Missouri de Martin McDonagh

Bonjour à tous,

On se retrouve aujourd’hui avec un nouvel article cinéma. Il est question ici du long métrage Three Billboards Outside Ebbing, Missouri ou Les panneaux de la vengeance en version française. Grand favori pour l’Oscar du meilleur film, 3 Billboards raffle tout depuis le prix du scénario à la Mostra de Venise, en passant par le prix du public du festival international de Toronto, ainsi que de la Roche sur Yon. C’est avec les Golden Globes que le long métrage explose les compteurs avec le prix du meilleur film dramatique, le prix de la meilleure actrice dans un film dramatique et également le prix du meilleur acteur dans un second rôle. Bref, vous l’aurez compris 3 Billboards s’annonçait comme une pépite.
Résultat, est-ce que ce long métrage vaut le détour et le déplacement ? Je vous dis tout dans cet article.

tomabooks-affiche-3-billboards

Synopsis :

Après des mois sans que l’enquête sur la mort de sa fille ait avancé, Mildred Hayes prend les choses en main, affichant un message controversé visant le très respecté chef de la police sur trois grands panneaux à l’entrée de leur ville.

Parfait dosage entre drame et humour

Je ne vais pas vous faire languir trop longtemps, donc oui, 3 Billboards est un excellent film. Le réalisateur maîtrise parfaitement son long métrage, ainsi que le dosage entre la comédie et le drame. Martin McDonagh réussi un travail exemplaire sur le ton du film et sur ses personnages. 3 Billboards fait parti de ces films où l’on peut passer du rire aux larmes en quelques secondes. L’écriture de cet auteur est fine, sans en faire trop et glisse sur des punchlines particulièrement marquantes.
Un choix de mise en scène subtile avec des choix de cadres parfois statiques, mais qui offre tout de même des moments impressionnants et inattendu. Pour ceux qui ont pu voir le film, je fais référence à ce magnifique plan séquence de Sam Rockwell qui bouffe complètement la caméra et son cadre.

tomabooks-frances-mcdormand

Cette alternance entre le comique et le drame donne un côté plutôt particulier à l’ensemble, car on peut avoir l’impression de ne pas savoir où l’auteur veut nous amener. Nous suivons alors les personnages évoluer et rebondir sur les situations. Les deux genres sont utilisés avec intelligence et ceux-ci se contrebalancent parfaitement tout au long du film. C’est simple, on peut se mettre à rire dans un moment dramatique et se rendre compte par la suite que ce qu’on a vu est vraiment arrivé. Une scène en particulier relance complètement le film dans le premier tiers et de façon parfaitement inattendu.

Deux acteurs de talents

Martin McDonagh a su créer et amener dans son histoire des personnages que l’on va détester dans un premier temps, mais que l’on va finir par plus ou moins apprécier, car le réalisateur ne les laisse pas se figer dans l’histoire. Il y a une réelle évolution dans la psychologie de chaque personnage, ce qui apporte des scènes complètement inattendues qui relancent l’histoire.
Nous avons tout de même affaire à des personnages qui aiment l’autodestruction et la destruction de l’autre. Le personnage principal qui est jouée par la talentueuse Frances McDormand est une femme déchirée par la mort de sa fille et veut tout faire pour que la vérité éclate, quitte à se mettre toute la ville à dos et à voir des gens souffrir. L’actrice hypnotise l’entièreté du film par son impulsivité et sa violence, qu’elle soit physique ou verbale.

tomabooks-3-billboards-sam-rockwell

Cependant, si je ne devais garder qu’un seul acteur dans ce film, ce serait le magnifique Sam Rockwell qui livre ici l’un de ses meilleurs rôles. C’est pour moi le véritable personnage central du récit et tout repose un peu sur lui. L’évolution de ce personnage est tellement belle et forte, alors qu’il partait de très loin. Sam Rockwell propose un jeu tout en puissance et en instabilité.
Tous les personnages de ce film vont connaître une sorte de rédemption, message d’espoir dans cette ville et cette Amérique cruelle qui en a fortement besoin. Le réalisateur profite de son récit pour délivrer une vision de l’Amérique contemporaine, avec le racisme ambiant, les violences policières, conjugales, etc. Quand les Etats-Unis se regardent dans le miroir, ça fait mal.

Pour finir, 3 Billboards va sans aucun doute réussir à vous toucher et à vous faire rire, grâce au mélange subtile des deux genres. Le réalisateur vous fera aimer ses personnages, ses dialogues et sa mise en scène. Cependant, si vous vous attendez à un thriller classique, ne comptez pas trop dessus, car vous serez déçu. Il faut vivre ce long métrage comme une histoire qui suit l’évolution de quelques personnages autour d’une situation initiale particulière.
Ce n’est peut-être pas le film de l’année, mais 3 Billboards fonctionne parfaitement et Martin McDonagh offre une véritable oeuvre pleinement maîtrisée.

 

6 réponses »

  1. Comme toi je trouve que ce film est une belle réussite et j’ai adoré la prestation de Frances.
    Un joli mélange qui donne un film explosif et que je n’ai vu que récemment j’ai d’ailleurs fais ma chronique sur mon blog où j’ai partagé ton liens.

    Aimé par 1 personne

    • Tu m’as tout à coup redonné envie de le revoir 🙂. Ça reste un des meilleurs films que j’ai vu cette année là et je comprends les récompenses !
      Merci beaucoup, je vais aller voir ton article 😁

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s