Littérature

La caste des ténèbres de Ludovic Lancien

Récemment, j’ai fini un livre ! Mon rythme de lecture fluctue. Parfois, je me retrouve comme autrefois à enchaîner les livres dans la journée tandis qu’à d’autres moments, je n’ai pas l’envie de toucher à un livre durant plusieurs jours ! Soit, passons, ce n’est pas le sujet ici. Je vous disais donc que j’avais fini un livre qu’il me tardait de lire depuis sa sortie tant j’apprécie l’auteur et loue son talent depuis ses débuts et même ses prémisses. Je vous parle bien évidemment de Ludovic Lancien, ami dans la vie et en pleine ascension d’un point de vue littéraire. La caste des ténèbres marque un premier tournant dans sa carrière d’auteur car c’est le premier livre qui sort en grand format, aux éditions Hugo. Pari réussi ou non ? Et bien, c’est mitigé et je vais vous en parler plus longuement après vous avoir présenté le résumé.

Une enquête explosive

Commençons par les gros points forts de ce roman. À la suite d’une découverte macabre d’un homme dont les membres sont disloqués et dont le corps a été placé dans une valise, les flics débutent l’enquête avec déjà une grosse pression et ça se sent. Le corps présente une particularité pour le moins étrange : des canines prononcées. Le mec se prenait pour un vampire. Peu à peu, au rythme de rencontres et d’informations, les enquêteurs, à savoir Lucas Dorinel du premier roman, Gabriel Darui du second, le bélier, Noémie et d’autres de l’équipe, vont remonter la piste des vampires et en apprendre davantage sur cette caste à laquelle ils font partie. Délires psychotiques, croyances folles, idéaux macabres, il faut de tout pour faire un monde et certaines scènes jettent un froid sur l’espèce humaine et ses sombres penchants. Du sang, parlons-en. Ayez le cœur bien accroché pour quelques scènes dignes d’intérêt, riche en révélations. L’auteur ne lésine pas sur l’hémoglobine et saura ravir les plus demandeurs. Par ailleurs, les abattoirs fournissent des stocks de sang de cochon : vous voilà prévenus.

J’ai eu plaisir à retrouver Lucas dans cette enquête. Sa manière d’être, que j’ai retrouvée du premier roman, brut de décoffrage mais sincère dans sa démarche, m’a fait accrocher avec ce personnage dès le début. Il va au cœur des choses et soulève très vite des problèmes. Mais c’est surtout sa détermination malgré ses faiblesses sous-jacentes qui nous fait apprécier ce personnage. Jusqu’à la toute fin, il nous en fera voir et c’est un réel plaisir de ce côté là.

Les révélations sont pertinentes et bien amenées. J’ai été surpris de certaines choses tandis que je m’attendais à d’autres. Du pur point de vue de l’enquête et des rebondissements, Ludovic Lancien a réussi son pari et mérite que l’on s’y attarde.

Une pluie d’informations…

Certains diront torrent ou tsunami. Je vais être léger et parler de pluie mais je comprends les avis rencontrés sur les réseaux : nous sommes face à une cascade d’informations, tous domaines confondus, tous genres confondus. Bien fait, cela ne pose aucun problème. Mais ici, c’est parfois indigeste. L’auteur rebondit d’une chose, en amène une autre qui entre en corrélation avec un troisième détail qui est détaillé sur trois pages. Non, non et non. Ce qui au départ concerne le côté vampire et était intéressant part dans des proportions inimaginables au début du roman et la caste des ténèbres se révèlent en fait être une pléiade d’éléments historiques et culturels. Par moment, je me suis perdu dans ce que je lisais. Alors oui, les recherches étaient fournies. Pour en avoir discuté avec Ludovic, il donne une grande part de lui-même pour ses recherches et n’a pas pu effectuer un tri, tant tout ce qu’il avait trouvé était intéressant d’en parler.

Ce développement en fait oublier certains personnages, comme Gabriel Darui, censé être le second enquêteur, largement mis en retrait dans ce roman. J’aurais sûrement apprécié un double point de vue où les deux se rejoignent ensuite.

Pour conclure, je dirai que nous sommes face à un récit intéressant sur la forme, mais oubliable sur le fond et c’est grandement dommage. Gros point positif pour l’enquête tandis que certains longs passages m’ont déconnecté.


Vous pouvez vous procurer La caste des ténèbres ici.


Publicités

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s