Littérature

Je sais tout de toi de Sandie Jones : récit d’une duperie

Je sais. J’avais dit que je ralentirai ma consommation de thriller domestique… Il faut dire qu’à force, on finit par tourner en rond avec ces femmes qui perdent pied, qui finissent paranoïaque à force de tromperie, d’un voisinage qui s’engouffre dans la vie privée. 

Tout ça pour dire que j’ai rechuté, que j’ai eu peur et que j’ai été agréablement surpris par ma lecture de Je sais tout de toi de Sandie Jones publié aux éditions Hauteville

La 4eme de couverture

Une trahison peut en cacher une autre.

Après la mort de son mari dans des circonstances tragiques, Alice part à la dérive. Mais elle doit tenir bon pour sa fille. Grâce au soutien sans faille de sa meilleure amie, elle parvient à surmonter cette épreuve. Et puis, elle rencontre Nathan, son sauveur, qui la demande en mariage. Désormais, ils dirigent ensemble, l’entreprise florissante que son défunt mari avait fondée. Mais, alertée par des indices qui ne trompent pas, Alice commence à douter de Nathan : peut-elle vraiment lui faire confiance ?

Quand elle se tourne vers son amie de toujours pour lui demander conseil, Alice est loin d’imaginer les sombres secrets que lui cachent ceux qui prétendent l’aimer…

Je sais tout de toi : récit d’une duperie

Bon voilà, Je sais tout de toi a tout du thriller domestique qui pourrait en rebuter plus d’un. D’ailleurs, le début de son histoire semble tellement banal que l’on passe son temps à lever les yeux au ciel et à se croire plus fort qu’un enquêteur. Quelques pages englouties et nous voilà déjà plus performant qu’Hercule Poirot… Il faut dire que Sandie Jones n’a pas son pareil pour nous rouler dans la farine. Elle expose ses personnages, leurs failles psychologiques, leurs soucis personnels et leur entourage. Ici, tout est une question de dosage, de faux-semblants et surtout de fausses pistes. Quelques phrases suffisent pour que l’on fasse tout un plan en tête pour mettre en doute la parole d’un seul personnage.
La lecture de cette première partie, de cette découverte, se fait sans accroche et surtout sans véritable panache. L’exposition de cette histoire est assez rapide, simple, basique, si bien que l’on a l’impression d’être en vitesse de croisière. On découvre le récit d’une femme qui est toujours en plein deuil de son premier mari, même 10 ans après sa disparition, et qui a du mal à vaincre ses démons. On oublie la femme acariâtre qui a peur de sortir de chez elle et qui surveille son voisinage. Ici, on a le droit à une femme de pouvoir, une femme d’affaire qui fait fonctionner son entreprise de la meilleure des façons. 

Sauf que cette femme, elle tente de vivre avec la peur de partir en voyage, de ne plus jamais revenir et de laisser deux jeunes filles orphelines. Parce que c’est ce qu’il s’est passé avec son premier mari… Panique à bord, une affaire l’oblige à partir au Japon. Ni une, ni deux, les démons refont surface ainsi que la prise de cachets et d’alcool avec. On pourrait avoir peur de se plonger dans une histoire où l’alcool transforme une femme en monstre paranoïaque, comme on peut en retrouver dans quasiment tous les thrillers domestiques, mais non. Je sais tout de toi s’élève au-dessus de la mêlée générale pour nous offrir le récit d’une femme forte.
Le stress monte, les suspicions avec, surtout lorsque son second mari se comporte bizarrement. On suit alors les peurs et les doutes d’une femme durant quelques chapitres, si bien que notre idée de base se voit confirmer. Sauf que l’autrice renverse tout en seulement quelques lignes… Quelques phrases qui pourraient être anodines, mais qui redistribuent l’entièreté du récit. Le monde du personnage principal s’écoule en même temps que nos convictions. Nous sommes avalés dans un trou noir et la romancière en profite pour nous raconter le récit d’une autre femme…

Je sais tout de toi se transforme donc en un récit puissant où deux femmes se font duper de la pire des façons. C’est l’histoire de deux femmes qui doivent se démarquer et faire front à un monde d’homme qui contrôle tout, qui ment constamment et qui trompe à tout-va.
Le talent de Sandie Jones réside dans le fait qu’elle nous offre une histoire d’une maîtrise parfaite en termes de rebondissement et en écriture. Parce qu’il faut le dire, mais ce thriller psychologique est assez calme et je dois même avouer qu’il ne se passe pas grand chose finalement. Pourtant, on tourne les pages avec avidité, on plonge dans cette histoire captivante, dans ce récit poignant, parfois injuste et on veut avoir le fin mot de cette histoire.
Il est indéniable que Je sais tout de toi se démarque par le profil psychologique de ces deux personnages féminins, par cette force que l’autrice a pu leur conférer et par la machination qui est mise en place. Le seul petit bémol que je pourrais évoquer, c’est son final qui arrive bien trop vite à mon goût. La romancière ne laisse pas le temps de savourer, de prendre plaisir à ce qui va arriver. Sandie Jones donne l’impression de lâcher sa fin de manière brutale, alors que quelques chapitres de plus auraient été parfaits…


Amateur de thriller domestique ou non, il est indéniable que Je sais tout de toi de Sandie Jones a de quoi plaire à tout le monde. En proposant des personnages forts et une histoire prenante, l’autrice se place au-dessus de ce qui se fait habituellement dans le genre.
Je ne garantis pas de l’action à tous les niveaux, mais l’intérêt pour ces deux parcours devrait vous tenir en haleine jusqu’au bout. 

Publicités

8 réponses »

  1. Oh la la, tu m’as donné envie de le lire !! Je peux le trouver où ? Car avec le confinement faut que je le commande du coup.. Est-ce que tu as déjà lu les histoires de Maxime Chattam ? Ce n’est pas forcément un thriller domestique, mais juste un thriller tout court… J’ai fait quelques nuits blanches avec ces romans..!!!

    Aimé par 1 personne

    • Pour le trouver, tu peux tenter sur le site libraire.fr et voir si une librairie organise un click & collect près de chez toi 😉. Oui j’aime beaucoup Chattam, tu peux retrouver quelques chroniques ici. As-tu lu son dernier roman ?

      J'aime

  2. J’en ai plusieurs de ce genre dans ma bibli… et celui là donne aussi envie. Je les lis petit à petit car effectivement, le « thriller domestique » peut aussi me lasser si j’en lis à la suite.
    Je me note quand même celui-ci… ^^

    Aimé par 1 personne

    • J’en ai encore quelques-uns aussi en stock et je vais essayer de varier les plaisirs haha.
      J’espère que celui-ci te plaira et te fera passer un bon moment !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s