Bilan

Focus – Novembre 2018

Vous aussi, vous avez l’impression que novembre est passé en un claquement de doigts ? Vous vous rendez compte que Noël est bientôt là…
Je n’ai pas eu l’impression d’avoir fait énormément de choses et d’avoir énormément lu, mais je crois que je me suis bien trompé…

Allez, vous connaissez la musique. C’est parti sur le focus du mois de novembre.

 

FOCUS – LITTERATURE

 

Le Collectionneur de Fiona Cummins

Débuté le jour d’Halloween, j’ai terminé Le Collectionneur de Fiona Cummins quelques jours après le début du mois de novembre et je ne peux que vous conseiller de vous pencher sur ce titre. C’est un thriller classique dans sa construction, mais le roman se démarque de ses concurrents par une ambiance lugubre et macabre. On tremble avec les potentielles victimes, on suit des personnages de qualités et on ne peut qu’éprouver une fascination morbide à suivre ce collectionneur.

Fiona Cummins l’évoque toujours avec ce côté sombre et glauque, ce qui permet de nous faire ressentir du dégoût, de la fascination et quelques frousses. Je ne vous parle même pas de sa collection qui fait froid dans le dos et des descriptions avec de tout petits insectes !

tomabooks-le-collectionneur-fiona-cummins.jpg

Les Montagnes Hallucinées de Gou Tanabe

Gou Tanabe et Ki-oon éditions nous offrent un objet de qualité rendant parfaitement hommage à l’oeuvre du romancier H.P. Lovecraft. Les montagnes hallucinées est une histoire extraordinaire dessiné et mis en scène de la meilleure des façons par Gou Tanabe. Il réussit le pari fou de retranscrire l’horreur de cette histoire en montrant assez de détails pour que notre imagination cavale dans tous les sens. Vivement le deuxième tome et les sorties potentielles autour de l’oeuvre de cet auteur mythique.

Je peux vous garantir que le mangaka réussit la chose haut la main, puisqu’il nous offre l’horreur en dessin. L’atmosphère est pesante, froide, voire paranoïaque à certains moments et Gou Tanabe apporte ces différentes sensations avec une incroyable maîtrise des ombres. Je ne vous parle même pas des sublimes planches panoramiques consacrées aux mirages et aux montagnes, qui instaure aussitôt une angoisse chez le lecteur… Impossible de ne pas rester hypnotisé par cette beauté visuelle.

gou-tanabe-les-montagnes-hallucinees

Le malheur du bas de Inès Bayard

Lecture coup de poing. Lecture difficile, mais lecture plus qu’utile malheureusement… Le malheur du bas revient sur la descente en enfer d’une femme après avoir subi un viol. La plume est tranchante, clinique, dérangeante, mais elle met en lumière ce que cette femme ressent au quotidien après cet acte. Promis, je vous en parle dans un très gros article rapidement.

avis-tomabooks-le-malheur-du-bas-ines-bayard

Je me suis tue de Mathieu Menegaux

J’ai découvert ce roman, suite à ma lecture de celui d’Inès Bayard. Sang pages, blogueuse littéraire, m’a fait part de son avis et surtout du potentiel plagiat de la part de l’autrice du roman Le malheur du bas. Il est encore difficile pour moi de réellement me prononcer, mais j’en parlerai dans un article commun pour les deux romans.
Mathieu Menegaux évoque également dans, Je me suis tue, la vie d’une femme après un viol et la lecture sera sans doute plus facile que pour le roman d’Inès Bayard, car la plume est plus en retenue et laissant une part plus importante à l’imagination débordante de votre cerveau.

 

Le cinquième jour de Maud Tabachnik

Pourtant habitué aux histoires sombres, glauques et malsaines, je dois dire que Le cinquième jour de Maud Tabachnik m’a mis une sévère claque dans la tronche. C’est un roman court, mais si intense et horrible. C’est un face-à-face entre un tueur sadique et un flic incroyable que l’autrice nous offre. Le personnage du tueur est cynique, répugnant et incroyablement fou. L’autrice fait preuve d’une violence intense que ce soit dans ses descriptions ou dans les dialogues. Un thriller a ne pas mettre entre toutes les mains.

avis-tomabooks-le-cinquieme-jour-maud-tabachnik

La promesse des ténèbres de Maxime Chattam

Rarement déçu par l’auteur, j’ai pris plaisir à lire ce prequel de la Trilogie du Mal que j’avais énormément aimé. Maxime Chattam décide de nous embarquer dans le monde de la pornographie de façon accrocheuse. On comprendra assez vite que l’auteur veut nous faire descendre dans les profondeurs du vice, de l’âme humaine et dans les entrailles de la Terre. Les thématiques exploitées tout au long de cette histoire sont très intéressantes et magnifiquement exploités par l’auteur.

avis-tomabooks-la-promesse-des-tenebres-maxime-chattam

Docteur Sleep de Stephen King

Je n’arrête pas de dire à tout-va que les personnages des romans de Stephen King et même des autres auteurs continuent à vivre même quand nous refermons les pages d’un roman. J’en ai eu la preuve avec ce roman, puisque le maître de l’horreur revient avec le personnage de Danny du roman Shining. Qu’est-il devenu après l’enfer vécu dans l’Overlook hôtel ? Stephen King l’évoque de la meilleure des façons possibles. Véritable coup de cœur pour moi, puisque j’ai eu l’impression de faire partie d’une famille durant cette lecture. Docteur Sleep est une oeuvre intelligente sur la thématique de la famille, de la transmission, de l’héritage et de la différence.

avis-tomabooks-docteur-sleep-stephen-king

Sinestra d’Armelle Carbonel

FONCEZ découvrir ce roman ! Sinestra est un thriller magnifié par la plume d’Armelle Carbonel. L’horreur humaine est teintée d’une poésie magnifique qui vous fera entrer dans cette histoire sans problème. Le roman est inquiétant, lugubre, horrible, mais tellement addictif.
Tout est parfaitement maîtrisé dans ce roman, que ce soit au niveau du fond, que de la forme. Sinestra est un thriller intelligent et cruel.

Sinestra est un roman qui se vit et qui se dévore à une vitesse incroyable, si bien qu’il est difficile d’en faire une analyse concrète. Armelle Carbonel nous offre un huis-clos de grande qualité qui nous entraîne dans l’horreur de la guerre, mais surtout l’horreur qui émane des Hommes.

avis-tomabooks-sinestra-armelle-carbonel-editions-ring

SI JE NE DEVAIS EN GARDER QU’UN

Je garderai sans hésiter la poésie de l’autrice Armelle Carbonel qui m’a entraîné dans cette histoire lugubre de la plus belle des façons. J’ai de nouveau envie de ressentir l’aura du Val Sinestra

FOCUS – INSTANT DE VIE 

Cet instant de vie s’est déroulé en plusieurs étapes et je n’arrive toujours pas à y croire… Tout a commencé avec les premières annonces du Hellfest pour la programmation de l’année 2019. Si vous n’êtes pas au courant, l’équipe du Hellfest avait mis en place des codes qu’il fallait craquer, afin de trouver plusieurs indices quant à la venue d’un groupe. Je ne vais pas vous mentir, je ne suis pas très fort pour ça, alors j’ai suivi de près ceux qui ont travaillé à le faire. Je ne peux même pas vous décrire mon état quand le code 46 & 2 est sorti du lot… Ce code pourra vous paraître anodin, mais c’est le titre d’une chanson de TOOL ! J’avais encore du mal à y croire, puis le groupe est apparu dans pas mal de programmation de festival en Europe. Je commençais à y croire un petit peu plus, tout en ayant peur de les rater tout de même.
Puis, le tourneur du groupe a inscrit la date du Hellfest sur son site… C’était incroyable, mais j’avais besoin de l’annonce officielle du festival pour réellement prendre conscience du truc ! 26 novembre, fin de journée, l’annonce est tombée. TOOL sera bien au Hellfest 2019 et je crois que je pourrais mourir en paix après ce concert…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s