Coup de coeur

Dolores Claiborne de Stephen King

Bonjour à tous,

Je reviens vers vous aujourd’hui avec un nouvel article littérature. Dolores Claiborne attendait sagement dans la bibliothèque depuis plus d’un an. J’ai eu du mal à le sortir puisque je fus peu enjoué par Rose Madder, mais tout de même un peu plus par Jessie.
Dolores Claiborne est donc le deuxième roman de ce qu’on appelle la trilogie féministe de Stephen King, bien que celui-ci n’en ait jamais parlé en ces termes. Ai-je été emporté par cette histoire ? Oui et je vais vous dire pourquoi dans cet article.

Il est temps pour Dolores Claiborne de parler. De se livrer. Et, enfin, de soulager sa conscience.
Les secrets auraient pu rester enfouis, dissimulés au fond du puits dans lequel son mari est tombé, trente ans plus tôt. Mais Vera Donovan, la riche maîtresse que Dolores a servie avec dévouement durant des décennies, a été retrouvée morte. Et pour la seconde fois, Dolores est accusée de meurtre.

Stephen King ou Richard Bachman ?

Dolores Claiborne est un roman particulier puisque nous allons suivre le monologue de Dolores Claiborne, une vieille femme suspectée d’avoir tué sa patronne. Au cours de cet interrogatoire Dolores va clamer son innocence mais va avouer le meurtre de son mari qui est survenu 30 ans plus tôt.
C’est un roman particulier car nous sommes dans un monologue où aucun chapitre ne viendra vous arrêter. Nous suivons avidement les explications et la vie tourmentée de cette femme. Stephen King nous place en tant que spectateur et orateur de cette femme forte. Ce monologue n’est pourtant pas ennuyeux, il se lit même plutôt facilement et rapidement.

Dolores Claiborne est dénué de fantastique ou d’horreur, Stephen King y conte la vie d’un personnage fort et réel, si bien que l’on pourrait croire à un écrit de Richard Bachman.
Le personnage de Dolores a le pouvoir sur nous et nous ne pouvons rien faire. À travers son témoignage fort, touchant, cynique et peu conventionnel, nous suivons des personnages haut en couleur, tel que Vera, la patronne fortunée qui perd peu à peu la boule ou encore Joe Saint-George, le mari de Dolores.
Entre joie, rire et tristesse, Dolores Claiborne est un condensé d’émotions qui ne vous laissera pas indifférent.

Dolores Claiborne Stephen King

Stephen King et le féminisme

Je ne vais pas m’étendre sur ce sujet car je ne suis sûrement pas le mieux placé pour en parler, mais je trouvais cet aspect de l’histoire important. Dolores Claiborne est sans aucun doute le roman le plus féministe de l’auteur. Il y compte la vie, le combat et la vengeance d’une femme sur la vie et surtout sur son mari.
Stephen King évoque donc le féminisme, les violences conjugales, le rôle des femmes dans la société, sans pour autant les mettre sur le devant de la scène et c’est ce que je trouve admirable chez cet auteur. Bien évidemment, nous sommes face à une vision des années 1960, la condition de la femme a un peu changé, je dis bien un peu…

Dolores est une femme forte qui va se battre pour elle mais surtout pour sa famille qui souffre de cette figure paternelle. En effet, Stephen King évoque le viol et l’inceste sans ajouter de descriptions horribles. Rien que le fait d’en parler et horrible en soi et Stephen King l’a compris.
Le tour de force de Stephen King est de nous faire réfléchir sur le choix de Dolores, sur le moment où sa vie va basculer. Est-ce que la vengeance ou la justice personnelle est bonne ? Dolores est-elle coupable de son acte ? Impossible de ne pas se poser ce genre de question durant la lecture.

 

Je vous invite donc à découvrir ce roman particulier de Stephen King et son personnage féminin le plus fort et le plus emblématique de sa carrière. Dolores Claiborne est une expérience littéraire à vivre et vous ne serez sans doute pas déçu. Le combat de cette femme pour sauver sa famille est admirable, fort et touchant. Dolores Claiborne est un joli coup de coeur pour moi.


 

Et si vous voulez en savoir un peu plus sur Stephen King et son actualité, je vous invite à vous rendre sur le Club Stephen King.

Petit UPDATE : Le podcast Le roi Stephen a consacré un épisode à ce roman !

13 réponses »

  1. Je garde un souvenir très fort de ma lecture de ce livre. Dolores est de loin le personnage le plus puissant qu’il ait inventé ! Et c’est dire quand on connait bien l’auteur ;))
    Il est très difficile de décrocher de ce récit et tu me donnes envie de relire pour voir si la magie peut opérer une seconde fois !
    Les autres commentaires te conseillent le film, et je les rejoins. Je l’ai beaucoup aimé aussi mais les règles sont différentes, la fille, devenue adulte, prend plus de place que dans le livre.

    Bonne journée,

    J'aime

    • Je suis entièrement d’accord avec toi. Dolores est vraiment LE personnage féminin de King.
      Je pense le relire mais dans plusieurs années histoire de n’avoir que quelques souvenirs 🙂
      Je prends note pour l’adaptation, en plus je trouve Kathy Bates parfaite pour interpréter Dolores.

      Bonne soirée,

      J'aime

  2. Je me souviens avoir beaucoup aimé ce livre, même si je l’ai lu un peu jeune (trop peut-être pour en comprendre les subtilités). J’ai également beaucoup aimé le film que j’ai trouvé relativement fidèle à mes souvenirs du livre 😊 Ton article me donne (encore plus) envie de le relire 😁

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s