Littérature

Un tour sur le Bolid’ de Stephen King

« . . . celui qui mène le bal  – Dieu, ou tu l’appelleras comme tu voudras – doit adorer s’amuser. [. . .]
Mais cela ne peut se faire que dans des circonstances bien précises. Comme ce soir.
Toi, tout seul dans la nature. . . ta mère malade. . . besoin d’un moyen de transport. . .
Dans moins de dix kilomètres, on va commencer à voir les premières maisons. Dans moins de quinze, on atteindra les limites de la ville. Ce qui signifie qu’il faut que tu te décides tout de suite.
– Que je décide quoi ?
– Qui monte dans le Bolid’ et qui reste à terre. Toi ou ta mère. « 

Un tour sur le Bolid‘ est une nouvelle de Stephen King qui est d’abord parue sous format numérique en 2000, puis dans le recueil de nouvelle Tout est fatal en 2002. Un tour sur le Bolid’ peut être considéré comme le premier Best-Seller numérique puisqu’il a battu des records lors des deux premières semaines.

Un petit tour entre rêve et réalité

Courte et rapide, Un petit tour sur le Bolid’ est une histoire assez étonnante de la part de Stephen King. Aucune inquiétude à avoir, nous retrouvons l’esprit glauque, sale, et décalé du maître de l’horreur. L’émotion y est également présente puisque nous arrivons facilement à nous mettre à la place de ce jeune auto-stoppeur qui tente d’aller voir sa mère à l’hôpital. On se demande alors ce que nous aurions fait et ce que nous aurions dit si nous étions dans le même cas.

Durant une bonne partie de cette histoire, nous oscillons entre rêve et réalité. Impossible de faire la part des choses tellement Stephen King est un maître dans ce domaine. Je trouve que nous avons le droit à un petit clin d’oeil à Freddy Krueger avec l’histoire du pin’s.

Un tour sur le Bolid’ est une histoire troublante qui trouve écho dans la vie privée de Stephen King. En effet, durant l’écriture de cette nouvelle l’auteur se remettait d’un grave accident et il évoque l’état d’esprit dans lequel il se trouvait lorsqu’il était au chevet de sa propre mère.
Stephen King nous fait réfléchir à une question universelle : Se laisser mourir et se sacrifier pour celle que l’on aime ou tout le contraire ?

Un tour sur le Bolid’ ne pourra pas vous laisser indifférent puisque nous retrouvons tout ce qui fait le charme du maître de l’horreur. Suite à cette lecture, je pense que vous verrez l’auto-stop assez différemment et que vous réfléchirez à deux fois avant de vous lancer.

 

Et si vous voulez en savoir un peu plus sur Stephen King et son actualité, je vous invite à vous rendre sur le Club Stephen King.

10 réponses »

  1. Merci pour cet avis, je ne connaissais pas cette nouvelle !
    Ca fait des années que je n’ai rien lu de King, après avoir dévoré pas mal de ses romans quand j’étais ado.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s