Contemporain

Les sorties littéraires de janvier 2023

Est-ce normal de chercher la moindre trace de noirceur dans chacun des genres littéraires ? On a tous nos lubies, nos passions, parfois bizarres, et je me suis dit que je ne devais pas être le seul a être attiré par ces différentes thématiques. C’est pourquoi je vous propose une sélection des sorties littéraires de janvier 2023.

Les sorties littéraires
de janvier 2023

Harlem Shuffle – Colson Whitehead (Éditions Albin Michel) (04/01)

Époux aimant, père de famille attentionné et fils d’un homme de main lié à la pègre locale, Ray Carney, vendeur de meubles et d’électroménager à New York sur la 125e Rue, « n’est pas un voyou, tout juste un peu filou ». Jusqu’à ce que son cousin lui propose de cambrioler le célèbre Hôtel Theresa, surnommé le Waldorf de Harlem…
Chink Montague, habile à manier le coupe-chou, Pepper, vétéran de la Seconde Guerre mondiale, Miami Joe, gangster tout de violet vêtu, et autres flics véreux ou pornographes pyromanes composent le paysage de ce roman féroce et drôle. Mais son personnage principal est Harlem, haut lieu de la lutte pour les droits civiques, où la mort d’un adolescent noir, abattu par un policier blanc, déclencha en 1964 des émeutes préfigurant celles qui ont eu lieu à la mort de George Floyd.

Seule – Nesrine Slaoui (Éditions Fayard) (04/01)

Deux vies en parallèle. Celle d’Anissa, une adolescente qui vit à Argenteuil, et celle de Nora, trentenaire parisienne. La première est victime d’un harcèlement scolaire violent et finira par en mourir. La deuxième lutte sur tous les fronts à la fois, contre le sexisme et le racisme qu’elle endure au quotidien, et pour ne pas se laisser broyer par une relation de couple nocive. Qu’est-ce qui les lie, sinon bien sûr de subir la brutalité du monde ? Et jusqu’au faudra-t-il aller pour en finir avec la violence des hommes ? Inspiré de faits réels qui s’éclairent l’un l’autre par le détour de la fiction, Seule nous plonge au cœur de multiples problématiques contemporaines, de l’addiction aux réseaux sociaux à l’intériorisation des comportements genrés, et jusqu’au sujet complexe entre tous de la légitime défense de femmes en danger de mort.

Une simple histoire de famille – Andréa Bescond (Éditions Albin Michel) (04/01)

«Faire en sorte que la vérité anéantisse la douleur. Confronter les secrets, pour être enfin libres et en paix.»
Louisette, Hervé, Lio : trois personnages avec pour héritage la violence et les secrets de famille. Prisonniers des non-dits, lequel d’entre eux brisera le silence ?
Du Finistère des années 1960 au Paris d’aujourd’hui, Andréa Bescond, l’autrice des Chatouilles, immense succès au théâtre et à l’écran, retisse le fil de ces destins brisés, trois générations qui refusent, par leurs choix, la transmission des tragédies. Ce premier roman poignant questionne les rapports homme-femme, les ravages du chagrin, le désir de vengeance et invite, par-delà la douleur, à une possible renaissance.

Mungo – Douglas Stuart (Éditions Globe) (05/01)

Mungo Hamilton, 15 ans, ne ressemble pas aux autres garçons de son quartier, ni à son frère Hamish, une petite frappe à la tête d’un gang protestant. Sa mère, Mo-maw, l’envoie pour une partie de pêche sur le Loch avec deux hommes, « des vrais » , qui, ils lui ont promis, feront de Mungo un homme selon leurs standards. Mungo passera trois jours sur le loch avec deux parfaits poivrots, loin de James, qu’il aime intensément, de sa famille et de son quartier délabré Trois jours durant lesquels sa vie va basculer.

Servi par une écriture nerveuse et étincelante, Mungo dresse le portrait d’un jeune homme qui tente de faire entendre sa vérité dans un lieu et une époque qui exigent une stricte conformité aux normes de classe et de genre.

Ceci n’est pas un fait divers – Philippe Besson (Éditions Julliard) (05/01)

​Ils sont frère et sœur. Quand l’histoire commence, ils ont dix-neuf et treize ans.

Cette histoire tient en quelques mots, ceux que la cadette, témoin malgré elle, prononce en tremblant :  » Papa vient de tuer maman. « 
Passé la sidération, ces enfants brisés vont devoir se débrouiller avec le chagrin, la colère, la culpabilité. Et remonter le cours du temps pour tenter de comprendre la redoutable mécanique qui a conduit à cet acte.

Thelma – Caroline Bouffault (Éditions Fugue) (06/01)

Certains ont des amis imaginaires ; d’autres, des tyrans intérieurs. Celui de Thelma s’appelle l’Entraîneur. Il règne sur son quotidien, lui enjoint de compter les calories et lui impose une discipline de fer. Soumise à sa loi, la lycéenne épuise son entourage et flirte avec l’abîme. Mais avec l’appui de son amie Violette, une issue se dessine : du marathon ou de la séduction de son professeur de sport, quel projet déraisonnable saura la tirer des griffes de l’Entraîneur ?
Combative et lucide, fragile et ironique, Thelma tâche de s’inventer un chemin parmi des adultes aussi désorientés que leurs cadets.
Ce roman initiatique électrisé par la personnalité de Thelma emporte le lecteur dans les tourments de la jeunesse, sa désinvolture, sa grâce et son furieux désir d’en découdre avec la vie.

L’heure des femmes – Adèle Bréau (Éditions JC Lattès) (11/01)

Paris, 1967. À l’aube de la cinquantaine, Menie, mère de famille bourgeoise, est recrutée par la radio RTL qui a décidé de renouveler ses programmes. Son rôle ? Faire parler les auditrices.
En quelques semaines, c’est la déferlante. Les femmes de la France entière se confient à « la dame de cœur ». Bientôt, à l’heure de la sieste, elles seront des millions à suivre l’émission avec passion. Parmi elles, Mireille et sa sœur Suzanne, qui découvrent qu’elles aussi pourraient maîtriser leur destin.
Quant à la vie de Menie, partagée entre le tourbillon d’une société libérée par Mai 68 et les tourments qu’on lui livre, elle en est totalement bouleversée.
Cinquante ans plus tard, Esther, une documentariste qui peine à se reconstruire, va replonger dans ces années pas si lointaines où le sort des Françaises semble d’un autre âge.

Memphis – Tara M. Stringfellow (Éditions Charleston) (11/01)

Dans la chaleur étouffante de l’été 1995, après un énième débordement de colère de son père, Joan North trouve refuge avec sa mère et sa jeune soeur dans la majestueuse maison qui a vu les femmes de sa famille grandir. Tapissé de lierre et de chèvrefeuille où nichent colibris, abeilles et papillons, ce verdoyant havre de paix semble raconter sa propre histoire. En poussant la gigantesque porte de bois, Joan sait qu’elle va découvrir d’innombrables fantômes. Celui de son grand-père, lynché après être devenu le premier inspecteur noir de la ville. Celui de sa grand-mère qui, guidée par une rage incandescente, transforma son salon en lieu de rassemblement du mouvement révolutionnaire noir de Memphis. Et sa propre terreur, qui la submerge en même temps que ses souvenirs lorsqu’elle passe le seuil de la véranda.
Confrontée aux tragédies des générations qui l’ont précédée dans cette demeure, Joan devine intimement, du haut de ses dix ans, que la violence n’est jamais loin…
Le portrait bouleversant de trois générations de femmes noires, qui célèbre la complexité de ce qui se transmet au sein d’une famille, d’une communauté et d’une nation tout entière.

Une journée à l’envers – Martine Delomme (Presses de la cité) (19/01)

Quelques jours avant Noël. Comme tous les matins, Chantal, la cinquantaine pleine de vie, ouvre son institut de beauté situé au bout de la galerie d’un centre commercial. Mais en quelques minutes, tout bascule. Le centre commercial devient le théâtre d’une prise d’otages. Explosion, fusillade, cris dans la galerie… Certaines personnes s’enfuient, mais très vite les issues sont bloquées. Dans l’arrière-boutique, ils sont huit à s’être réfugiés. À l’extérieur, deux personnages clés : le gérant de l’hypermarché, ami de Chantal, et l’officier du Raid en charge des négociations. Débute alors une longue journée propice aux confidences, une journée d’angoisse et d’incertitude… dont tous ne sortiront pas indemnes.


Alors, il y a des titres qui vous font envie ? Dites moi tout dans les commentaires !

Si cet article t’a plu, épingle-le sur Pinterest !

2 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s