Jeunesse

Cendres de Johanna Marines: Thriller Steampunk à découvrir

Ce livre est mon tout premier Thriller Steampunk. Pour les non-adeptes du genre, qu’est-ce donc que le steampunk ? C’est un genre qui se déroule pendant la première révolution industrielle, essentiellement. Et qui fera intervenir divers objets avec de la vapeur, des rouages, des mécanismes, des automates… Et le côté steampunk dans ce livre est présent sans trop l’être. Pas d’abondances, c’est un décor de fond et parfois utile à certaines descriptions du roman, comme pour une des deux jambes de Nathaniel, un des personnages principaux, qui se trouve être une prothèse mécanique.

Ce livre m’a été envoyé par Snag fiction, à ma demande, et je les en remercie. Je remercie également l’auteure, avec qui je communique souvent et qui aura tôt fait de lire ma chronique. Je vais tâcher d’être le plus objectif possible, autant pour moi, pour elle que pour vous.

Ce second roman de Johanna est d’office plus abouti, dans sa version finale, que son précédent et ça augure de très bonnes choses pour la suite de sa carrière d’écrivain. L’auteure suit une belle trajectoire puisqu’elle était d’ailleurs sur le salon Les Imaginales, à Épinal, quelques jours auparavant.

Sans plus tarder, je vous présente Cendres, de Johanna Marines, un thriller steampunk convaincant.

Cendres c’est d’abord, comme l’évoque son titre, une atmosphère à part. Ce n’est pas la bonne vieille ville de Londres que nous connaissons, mais une ville en pleine expansion, une ville industrielle qui se développe énormément… Et qui laisse retomber un amas de pollution conséquente, à une heure précise de la journée, recouvrant ses architectures et rues de cendres de charbon. Tous les habitants sont tenus de rester chez eux lorsque cela se produit, sous peine d’en subir les effets indésirables. Cendres brille donc de son atmosphère très sombre, où l’histoire se déroule à l’époque des meurtres de Whitechapel et donc sous l’impulsion d’une extrême tension. Juxtaposé à ce décor de fond, une enquête policière voit le jour. Des disparations inquiétantes ont lieu et l’inspecteur Abberline s’y implique entièrement, y laissant probablement son âme.

Parallèlement à ces faits, nous faisons la connaissance de trois personnages.

Agathe, tout d’abord, jeune fille déplorant la maladie de sa mère, souffrante, et la situation financière critique de sa pauvre famille. Sa grande sœur, Ann, se retrouve à vendre un à un certains objets pour financer les visites du Docteur et Agathe n’en peut plus de cette situation. Si décision est prise. Irrévocable. Elle veut trouver un travail afin de subvenir aux besoins de sa famille. Ce personnage est assez droit dans ses baskets. Elle est aventureuse mais aussi insouciante. Ceci dit la profondeur de ce personnage m’a étonnamment plu, à une époque où la place même des femmes n’était pas la meilleure qu’il soit.

Outre Agathe, ce sont Nathaniel et Luna, frère et sœur de rue, que nous retrouvons. Leur relation est complice, mais les deux ont un tempérament dynamique et têtu. Luna a envie de faire ses preuves, et souhaite tout donner pour son frère. Ce dernier, lui, semble résigné. Son travail ne lui plaît pas mais il ne fait rien pour y changer. Mais son évolution au cours du roman est exponentielle et saura vous captiver de long en large.

Merci à Alix (Passionnée livresque) pour cette photo de qualité !

Passons dorénavant à l’évolution du livre et de ses différentes narrations. La construction est bien ficelée. Les différents points de vue ne nous perdent pas en route et nous amènent là où l’auteure le veut. Johanna a bien construit son intrigue et les révélations au cours du roman sont surprenantes. Dans ce thriller Young Adult, je regrette que certaines scènes aient manqué de cruauté, mais j’oubliais que nous n’étions pas dans un thriller classique mais bien à l’intention d’un public plus jeune. Un poil plus d’hémoglobine par moment m’aurait ceci dit semblé approprié, devant la barbarie de certaines scènes. Mais les images dans nos têtes ont fait le nécessaire pour compenser.

Dans ce livre est décrit un Londres festif. Soirées mondaines pour les riches, dans les bars et tavernes pour les ouvriers, complotistes et autre hors-la-loi… Je connais l’amour de Johanna pour la description de ces lieux chaleureux et pour les tavernes, ça n’y a pas manqué. En revanche, j’attendais peut-être plus de magnificence pour les scènes dans les géantes bâtisses bourgeoises mais ça n’entache en rien la qualité de l’histoire.

En dernier lieu, je dois dire que la qualité stylistique et littéraire de Johanna s’est encore amélioré par rapport à son premier roman. C’est plaisant à lire, fluide. Bien que, parfois, certaines virgules étaient de trop.

Et pour la fin, elle conclut ce livre de bien belle façon, bien que j’ai personnellement été plus emballé par la fin de son premier ouvrage, qui m’a beaucoup plus laissé sans voix.

Pour conclure

Je ressors de ma lecture convaincu par ce premier thriller steampunk. Le genre ne m’a pas dérangé et se fait même plutôt discret, pas abondant comme j’aurais pu le croire. Johanna s’améliore peu à peu et j’aurais plaisir à suivre l’évolution de sa jeune carrière. À découvrir !

2 réponses »

    • Ça reste leger par rapport à ce que j’ai pu voir d’extrait ailleurs. Mais c’est plaisant tout de même. Johanna connaît son sujet et s’est bien imprégnée de ce genre qu’elle apprécie beaucoup ^^

      Ravi que la chronique t’aie plu 😊

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s