Cinéma

La séance culte : Sid & Nancy d’Alex Cox

Bonjour à toutes et à tous,

J’en profite d’être loin, afin de vous sortir une nouvelle rubrique qui devrait revenir au moins une fois par mois au grès de mes envies. Vous l’aurez compris, grâce au titre, mais je vais essayer de venir vous parler d’un film qui me semble culte ou du moins qui l’est pour moi.
Avant de débuter, on va peut-être essayer de voir ensemble ce qu’est un film culte et je vais aussi vous donner ma vision sur le sujet. Pour le côté officiel, un film devient culte bien après sa sortie, c’est à dire vers 10 ans. Le film culte est un long métrage qui s’inscrit pleinement dans l’histoire du cinéma, car il marque profondément le spectateur, soit par son sujet, ses techniques de réalisations, ses effets numériques ou spéciaux, mais également par ses acteurs. Vous l’aurez compris le film culte est un objet filmique qui a su marquer son époque, mais également le futur. On peut facilement citer des films comme Le Parrain, Fight Club ou encore Pulp Fiction, pour ne citer qu’eux.
Ma vision s’en rapproche, même si j’ai plus de facilité à mettre un film au rang de culte au moment de sa sortie… En fait, il suffit que le film réussisse à me marquer et le tour est joué ! Je me rends également compte que j’ai également tendance à mettre un film au rang de culte quand il s’agit de mon enfance. Dès lors, La trilogie Retour vers le futur est culte pour moi, au même rang qu’un long métrage comme Scarface.
La difficulté réside dans l’infime différence entre le film culte, le classique et le chef-d’oeuvre… Mais c’est une autre question à laquelle je pourrais tenter d’y répondre dans une autre rubrique.

tomabooks-sid-and-nancy

Sid & Nancy : Une histoire d’amour, de gloire et de déchéance sous fond de punk.

On ne va pas y aller par quatre chemins, mais Sid & Nancy du réalisateur Alex Cox est mis au rang de culte à mes yeux grâce à la prestation incroyable de Gary Oldman. Le film retrace une partie de la vie de Sid Vicious, bassiste du légendaire groupe Punk londonien des Sex Pistols, et de Nancy Spungen. Les deux protagonistes ne venant pas forcément du même monde vont s’apprivoiser, afin de vivre une histoire d’amour grandiloquente, furieuse et destructrice. Si vous connaissez un peu l’histoire de cet homme, vous savez sans doute qu’il est mort assez jeune d’une overdose. Ce film va essentiellement se concentrer sur la rencontre entre nos deux personnages/personnes et nous montrer l’influence qu’ils ont eue l’un pour l’autre dans la vie.
Cette histoire pourra, sans aucun doute, vous mettre mal à l’aise et vous mettre à mal, car il est réellement difficile de choisir un camp entre ces deux protagonistes. Nous allons plonger dans une histoire Rock’n’roll et punk à souhait, mais surtout dans le monde dévastateur de la drogue et de l’amour. Sid & Nancy nous prend comme témoin d’une gloire éphémère et d’une descente en enfer des plus brutales. Impossible donc de prendre un des deux personnages à parti, puisque les deux semblent fautifs et se complaisant dans ce monde. Pour ce faire, le réalisateur se veut au plus près de “l’action” et se veut surtout très réaliste. C’est simple nous avons l’impression d’être réellement ancré dans cette époque et dans cette contre culture qu’est le punk.
Le long métrage alterne entre des moments de vie assez simple, nous montrant ainsi l’histoire d’amour entre Sid Vicious et Nancy, ainsi qu’avez des phases musicales intenses où l’on peut prendre la gravité de cette histoire et la transformation d’un homme. Cette alternance est assez particulière, car il n’y a pas vraiment de transition propre, comme si nous étions nous même sous l’effet d’une drogue et qu’une partie de notre histoire était perdue, passée à la trappe. S’en suit donc une sensation désagréable d’être face à un film décousu, au rythme particulier, mais c’est ce qui fait, selon moi, la force de ce récit et cela montre que nous sommes aussi face à un film profondément Punk.

tomabooks-sid-and-nancy-cox-oldman

Comme je le disais au tout début de cette analyse, Sid & Nancy est au rang de culte grâce à la prestation incroyable de Gary Oldman qui se métamorphose en Sid Vicious. Même si vous ne connaissez pas très bien le bassiste londonien, vous pourrez quand même admettre que Gary Oldman a fourni un travail de fourmi, afin de donner de la substance à son personnage. L’attitude est désinvolte et l’acteur donne l’impression d’être habité par son rôle. Tout passe par les gestes, la façon de se tenir, ainsi que dans la voix qui indique à la perfection les états d’âmes de l’artiste. On sent que le personnage et l’acteur évoluent au fur et à mesure, afin de nous offrir une évolution vers le bas. C’est en pleine déchéance que le travail de Gary Oldman porte ses fruits et nous avons réellement devant nous une personne souffrant de sa dépendance, qu’elle soit due à la drogue ou à l’amour. Les excès se multiplient et Gary Oldman se transforme physiquement petit à petit. Le travail des maquilleurs doit être salué, car l’impression d’un artiste malade et psychologiquement atteint se fait sentir.
Une fois le film terminé, je vous invite à vous renseigner sur la vie de Sid Vicious, sur cette histoire, mais également de regarder quelques vidéos, afin de voir le travail que Gary Oldman a fourni pour ressembler à Sid Vicious. Une scène en particulier montre ce mimétisme et c’est celle de la réalisation du clip pour le morceau My Way. Le mimétisme est quasiment parfait et il facile de constater que Gary Oldman avait parfaitement reproduit cette attitude nonchalante et désinvolte de cet artiste, figure du punk rock.

tomabooks-alex-cox-sid-and-nancy


Voilà, ce premier numéro de la séance culte est aujourd’hui terminé et j’aurais le plaisir de revenir le mois prochain, afin de vous parler d’un film français. J’espère que cette première vous aura plu et qu’elle vous aura donné envie de voir ou de revoir Sid & Nancy. N’hésitez surtout pas à me dire ce que vous en avez pensé et si l’idée vous semble bonne. Bien sûr, le film en question ne vous semblera peut-être pas culte, mais il est pour moi. Cette question et ce classement au rang de culte est finalement assez subjective, sauf peut-être pour les grands classiques que tout le monde reconnaît comme tels.
En tout cas, j’ai pris beaucoup de plaisir à vous en parler et c’est le principal dans cette histoire.

tomabooks-gary-oldman-sid-and-nancy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s