Littérature

Inferno de Dan Brown

Bonjour à tous,

C’est avec un nouvel article littérature que l’on se retrouve aujourd’hui. Je pense que vous devez tous connaître l’auteur Dan Brown, célèbre pour son Da Vinci Code.
Je me souviens encore de ma première découverte de cet auteur, j’ai lu son Da Vinci Code lors d’une période de grande solitude et de dépression. Ce livre m’a permis de m’évader, de découvrir énormément de choses, mais surtout m’a donné le goût de l’Histoire de l’art. Da Vinci Code m’a également redonné l’envie de lire et dévorer une multitude de livre. C’est bizarre à dire, mais sans ce livre je ne serais pas ici aujourd’hui à vous écrire.
Quelques temps après, j’ai voulu lire Anges & Démons est déjà un constat m’est venu à l’esprit. Dan Brown ne se réinvente pas, il écrit la même chose… Quelque peu dégoûté par cette lecture, je me suis tout de même penché sur Le Symbole perdu que je n’ai pas réussi à terminer. J’ai encore eu cette impression de lire toujours la même chose.
C’est à ce moment précis que j’ai abandonné l’idée de lire du Dan Brown. Puis, Inferno est arrivé au cinéma et l’envie de m’y remettre est arrivé. Je me suis donc procuré le roman. Verdict ? Dan Brown n’est vraiment plus fait pour moi…

Robert Langdon, professeur de symbologie à Harvard, se réveille en pleine nuit à l’hôpital. Désorienté, blessé à la tête, il n’a aucun souvenir des dernières trente-six heures. Pourquoi se retrouve-t-il à Florence ? D’où vient cet objet macabre que les médecins ont découvert dans ses affaires ? Quand son monde vire brutalement au cauchemar, Langdon décide de s’enfuir avec une jeune femme, Sienna Brooks. Rapidement, Langdon comprend qu’il est en possession d’un message codé, créé par un éminent scientifique qui a consacré sa vie à éviter la fin du monde, une obsession qui n’a d’égale que sa passion pour « Inferno », le grand poème épique de Dante. Pris dans une course contre la montre, Langdon et Sienna font tout pour retrouver l’ultime création du scientifique, véritable bombe à retardement, dont personne ne sait si elle va améliorer la vie sur terre ou la détruire…

Dan Brown fait du Dan Brown

Je vous préviens cet article risque d’être assez court, car je n’ai pas grand-chose à dire sur ce roman finalement. Dans Inferno, on retrouve la recette de l’auteur pour créer une histoire captivante avec son lot de secrets et de rebondissements. Il est bien là le soucis, c’est que l’on sait ce qu’il va se passer à l’avance, enfin quand on connait la méthode de l’auteur. J’ai ainsi trouvé Inferno assez lourd par rapport au Da Vinci Code ou encore à Anges & Démons, l’auteur accumule les descriptions des différents lieux, mais qui n’apportent pas grand-intérêt à l’histoire. Le rythme en prend un coup et nous ne sommes plus dans une course effrénée pour connaître la vérité. On en vient même à se demander où toutes ces preuves et découvertes vont nous emmener. Pourtant, le thème de la surpopulation de la planète et de la pandémie était une excellente idée, mais c’est le style de l’auteur qui m’a, une nouvelle fois, perdu.
Cependant, l’oeuvre de Dan Brown est toujours aussi bien documentée, on se retrouve à chercher des informations supplémentaires dans les livres ou directement sur le net. Le fil rouge se construit autour de La Divine Comédie de Dante et cela m’a donné envie de découvrir ce texte.

Le soucis vient également du fait que l’intrigue est assez inexistante dans les deux premiers tiers du roman. Nous avons affaire à Robert Langdon qui nous fait des descriptions de la ville de Florence. Inferno devient alors un guide du routard, car le personnage de Dan Brown s’extasie devant tout ce qu’il voit, alors qu’il est censé l’avoir vu des centaines de fois. L’écriture devient alors lourdes et aucun réel rebondissent vient relancer la machine. Heureusement, Inferno reprend du poil de la bête dans la dernière partie de cette histoire, mais c’est beaucoup trop tard malheureusement.

Alors Inferno reste un bon « thriller » de plage, mais nous sommes tout de même très loin de l’intrigue et de l’écriture de Da Vinci Code. Le roman fonctionne quand même, on lit, on se pose des questions et les pages se tournent toutes seules, mais sans aucun plaisir. Cette fois-ci c’est décidé, je ne me laisserais plus tenter par Dan Brown.

Catégories :Littérature, Thriller/Polar

Tagué:,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s