Cinéma

The Battery de Jeremy Gardner

Bonjour à tous,

C’est avec un nouvel article cinéma que l’on se retrouve aujourd’hui. Il y a quelques jours, je me suis lancé dans la quête d’un film horrifique qui sortait du lot. Vous savez, le film qui est considéré comme un petit bijou. De blog en blog, d’avis en avis, je suis tombé sur la page Youtube de Dead Will, qui est un grand amateur de films zombiesques. Ni une, ni deux, je me suis regardé quelques vidéos et je l’ai entendu dire que son film favori se nommait The Battery. Intrigué, j’ai voulu le retrouver et là, tel un miracle, je retrouve ce film sur le catalogue Netflix.
Alors, The Battey est-il une perle dans le monde du film d’horreur ? Oui et encore oui.

the-battery-affiche

Au cours d’un road-trip à travers les Etats-Unis, au cours duquel ils doivent lutter contre des morts vivants, deux anciens joueurs de base-ball s’aperçoivent qu’ils devront aussi faire face à leurs propres démons…

Film d’auteur et zombies

Jeremy Gardner qui campe le rôle d’acteur, de réalisateur et de producteur prouve que nous n’avons pas besoin d’un budget pharaonique pour proposer quelque chose de bon. En effet, The Battery a été fait avec seulement 6000 dollars, six personnes dans l’équipe et tout cela en à peine deux semaines.
Jeremy Gardner offre donc un film personnel, teinté de nombreux styles. The Battery est à la fois un film de zombie, un film d’horreur, mais aussi un road movie dans un monde post-apocalyptique dont l’humour reste très présent.

the-battery-gardner

The Battery nous invite à suivre Ben et Mickey, deux jeunes trentenaires parcourant les routes dévastées du Connecticut et essayant de survivre à ce monde infesté de zombies. Les deux compères ne sont pas réellement ami de base, mais simple coéquipier dans une équipe de Baseball, d’où le nom du film (The battery évoquant le duo lanceur et receveur, mais pas seulement). Suite à cette infection mondiale, ou nationale, car nous n’en savons vraiment pas plus, Ben et Mickey sont obligés de se côtoyer pour notre plus grand plaisir. Les deux personnages sont totalement différents, ce qui amène son lot d’engueulade, de moments de tendresse et de blagues. Ben est un personnage fort, c’est le pilier de ce duo et la situation actuelle semble lui aller comme un gant. Il est plutôt pessimiste, bourru et fera tout pour éliminer le plus de zombie possible et même plus. Tandis que Mickey est l’homme sensible du duo. Rêveur et croyant que la situation peut revenir à la normal, Mickey suit son acolyte sans faire de vague.
Même si ces deux personnages sont différents, c’est bien la passion du Baseball qui les réunit et nous les voyons souvent se lancer quelques balles pour décompresser de la situation.

Attention, The Battery ne propose pas des attaques de zombies toutes les deux minutes et ne fait pas dans le gore. Jeremy Gardner est dans la subtilité et utilise cette pandémie comme toile de fond. Les personnages n’évoqueront jamais les débuts de cette épidémie, ni les causes ou encore les guérisons possible. D’ailleurs, les deux personnages rigolent de la situation en disant que la cause de cette infection provient de l’odeur des pieds de Ben.
Le réalisateur fait preuve de bonnes idées avec des plans mémorables comme le long plan séquence de fin, qui doit bien durer sept minutes. Un long moment d’angoisse et de tension dans le coffre d’une voiture que le réalisateur réussit à rendre intéressant.
Le réalisateur s’intéresse à l’humain, à la relation de ses deux hommes, mais aussi à un aspect souvent oublié, le manque affectif et sexuel. Une scène assez particulière restera gravé dans votre mémoire, j’en suis certain.

the-battery-car

Grand rapport à la musique

The Battery ne tire pas son nom seulement de la relation lanceur/receveur du Baseball. Le titre évoque également les piles que Mickey cherche durant le film pour réussir à écouter sa musique dans son lecteur CD. La musique est très importante dans ce film et la bande originale est vraiment superbe. On navigue dans le Connecticut avec des sonorités indies, rock que l’on peut retrouver dans le groupe The Black Keys par exemple. On sent à travers cette bande-originale que nous sommes bel et bien aux Etats-Unis.

La musique est également utilisée comme un refuge dans ce film, que ce soit pour Mickey ou pour nous. De nombreuses fois, Mickey se plonge dans cette musique pour oublier quelques instants ce monde dévasté. Bien entendu, Ben ne comprend pas vraiment son comparse et va lui reprocher de ne pas faire attention aux sons qui l’entourent. On ressent ce besoin de Mickey notamment lors de la dernière partie du récit quand il utilise la musique pour ne pas entendre les zombies, qui grouillent autour de la voiture.

The-battery-netflix

Vous l’aurez compris, The Battery de Jeremy Gardner est bien un petit bijou. Le réalisateur réussit avec très peu de moyen à créer un film de grande qualité. Ne vous attendez pas à du grand spectacle, car avec The Battery nous sommes dans l’intimité d’une relation amicale. Les zombies ne sont qu’une toile de fond pour donner de l’ampleur à cette histoire. Jeremy Gardner joue sur les codes avec subtilité pour proposer quelque chose de nouveau dans le sous-genre du zombie.

4 réponses »

  1. Je ne connais pas du tout, merci pour la découverte, tu m’as donné très envie de le voir ! Je suis assez sensible aux films d' »horreur » qui ne font pas que dans le gore, et j’aime bien les zombies 🙂

    J'aime

  2. J’ai adoré ce film, ça change vraiment de ce qu’on a l’habitude de voir et la BO est géniale. J’ai également écris un article dessus récemment. Bon week end à toi 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s