Bilan

Le bilan culturel d’avril 2017

Bonjour à tous,

Le mois de mai est déjà bien entamé, il est donc temps pour moi de vous faire le bilan culturel d’avril..

Au niveau de mes lectures

dav

J’ai commencé Chantier de Richard Bachman, alias Stephen King, durant mon retour de Strasbourg. Ça faisait trois mois que je n’avais pas lu de King… Et quel bien fou de le retrouver ! Aucun ennui durant cette lecture. L’histoire d’un homme tourmenté qui voit la vie qu’il a fondé partir en morceaux à cause de la construction d’une portion d’autoroute. Chacun peut se retrouver dans le personnage principal. Un roman du King que j’aimerai beaucoup voir adapté au cinéma.

Carnages chattam

Quelques jours avant la fin du mois, mon amoureuse m’a ramené Carnages de Maxime Chattam. Je me suis donc plongé dans ce court roman d’un de mes auteurs français favoris. Le thème m’a interpellé car je pensais retrouver une histoire similaire à Rage de Stephen King. Et en fait, pas du tout ! Carnages de Maxime Chattam reprend les codes du mal-être adolescent et le transpose sur un autre sujet. Le style de Maxime Chattam est bel et bien présent mais l’histoire n’est pas folle. Le roman ne fait que 80 pages et je pense qu’il n’en fallait pas plus, sous peine d’être moins accrocheuse.

innocent sakamoto

Durant ce mois d’avril, j’ai pu entrer dans le monde du manga. Je ne suis pas fan à la base mais j’ai voulu essayer de lire ce genre. J’ai donc pu commencer par Innocent de Shin’ichi Sakamoto.
Il s’agit d’un manga revenant sur l’histoire de France et plus particulièrement sur l’histoire d’une famille de bourreau. Les dessins sont magnifiques et l’histoire est très intéressante. Pour le moment je n’ai lu que le premier tome mais je compte bien découvrir le deuxième très prochainement.

inhumanitas MB Ledent

Pour finir sur la lecture, j’ai pu découvrir le nouveau roman de Marie-Béatrice Ledent qui se nomme Inhumanitas. Bien plus qu’un thriller, Inhumanitas vous fera réfléchir durant toutes les pages sur la notion de justice, d’auto-justice et de famille. Marie-Béatrice Ledent offre un roman fort en émotion forte. Le prologue et l’épilogue vous restera en mémoire durant de longues journées.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s