Littérature

Les sorties polar/thriller de juillet 2020

Après la réouverture en fanfare des librairies en juin et surtout avec l’avalanche de sorties, le mois de juillet apparaît comme très léger…

Ce constat est assez compréhensible, puisque les maisons d’éditions ne vont pas prendre le risque de sortir leurs gros titres au moment où les lecteurs sont susceptibles de partir en vacances.

Mais n’hésitez pas à continuer à vous rendre chez vos libraires, car ceux-ci vous le rendront bien ! #TousEnLibrairie

Les sorties polar/thriller de juillet 2020

Les couloirs démoniaques de Jean-Marc Dhainaud aux Éditions Taurnada (02/07)

Le Foyer des Galibots, une maison de retraite paisible située dans le Nord de la France, ferma ses portes en 1992 après une effroyable série de morts mystérieuses. Des suicides, selon l’enquête. Détails troublants : certains pensionnaires avaient témoigné de présences effrayantes, et une aide-soignante avait affirmé avoir été attaquée par une force invisible.
Alan Lambin, enquêteur en paranormal, sent que cet endroit, construit sur les ruines d’un hôpital exploré quinze ans plus tôt, a besoin de lui.
A-t-il oublié la menace qui y rôde ?

LÀ OÙ SE TROUVE LE CŒUR de Sara LÖVESTAM aux Éditions Robert Laffont (collection La bête noire) (02/07)

« Si la police ne peut rien pour vous, n’hésitez pas à faire appel à moi. »
Une chambre en colocation, un permis de résidence et un job dans une bibliothèque : les années de galère de Kouplan sont définitivement derrière lui ! Toutefois, il y a une chose qu’il ne parvient pas à se sortir de la tête : qu’est-il arrivé à son frère, arrêté en Iran il y a huit ans ? En se lançant à sa recherche, il croise la route de neuf immigrés illégaux qui, comme lui auparavant, font la plonge ou le ménage pour quelques couronnes de l’heure. L’un des leurs est mort, mais personne ne peut dénoncer les coupables à la police, de peur d’être expulsé…
Kouplan va alors devoir faire face à ses anciens démons pour aider ceux qui n’ont personne vers qui se tourner.

À toi pour toujours de Charlotte Levin aux Éditions Hauteville (08/07)

Les histoires d’amour finissent mal… en général.
Sous ses dehors de jeune femme solitaire sans histoire, Constance cache de lourds secrets. Une chose est sûre, Constance porte bien son nom : quand elle aime quelqu’un, c’est pour la vie. Le jour où elle rencontre Samuel, le nouveau médecin du cabinet où elle travaille comme secrétaire, elle s’éprend de cet homme séduisant qui occupe toutes ses pensées. À l’affût de ses moindres faits et gestes, Constance développe une véritable obsession amoureuse et, dès les débuts de leur relation, elle n’imagine plus son avenir sans lui. Samuel, lui, est simplement en quête d’une agréable parenthèse. Lorsqu’il met fin à leur liaison, Constance refuse de se rendre à l’évidence. Pour elle, l’histoire ne fait que commencer. L’idylle laisse bientôt place à une traque sans relâche…

Écrit dans le sang de Edmonde Permingeat aux Éditions Archipel (09/07)

Tombée en panne dans la campagne tarnaise, Maya se réfugie dans un manoir dont les occupants lui accordent l’hospitalité. Mais un meurtre sordide survient dans la paisible demeure : qui a tué Maya ? Après Sans mon ombre (l’Archipel, 2019), Edmonde Permingeat revient avec un polar où jalousie et vengeance distillent un suspense angoissant.
La jeune Maya, une rousse sulfureuse, tombe en panne un soir d’été devant la grille de la Giraudière, un manoir perdu en pleine campagne tarnaise. Elle y est accueillie.
Mais, à peine installée dans cette étrange demeure où vit la famille Rascol, la  » belle aux yeux de chatte  » va jouer de sa séduction pour exacerber tous les conflits latents. Aucun membre de cette grande fratrie n’échappera à son emprise.
Quelques jours plus tard, elle disparaît de façon subite et inexpliquée… Avec les taches de sang laissées sur le tapis et les murs, sa chambre a tout d’une scène de crime.

La fiancée du 11 septembre de Marc Gervais aux Éditions IGB (16/07)

J’ai vingt ans. Mon père est l’amour de ma vie. Je m’appelle Rubis. J’ai de vilaines pensées : autour de moi les méchants tombent comme des mouches. Je n’ai aucune excuse, je suis née dans l’un des plus beaux quartiers de Paris. Donc loin de la Vologne et du petit Grégory. Ma vie a basculé en une fraction de seconde. Partie à la recherche de mes origines, j’ai découvert des secrets familiaux sordides. On a blessé papa, on m’a fait du mal : je me suis vengée ! Si vous pensez que je suis possédée et que cela vous effraie, n’ouvrez pas ce livre : j’ai le don pour entraîner tout le monde dans des histoires de dingues !

Parti en fumée de John Marrs aux Éditions Thomas & Mercier (21/07)

Un matin, Catherine se réveille seule dans son lit. Elle ne s’inquiète pas, convaincue que son mari est allé courir avant de se rendre au travail, comme il en a l’habitude.
Mais cette fois, Simon n’arrivera jamais au bureau. Ses baskets sont devant la porte et rien ne manque à part lui. Très vite, Catherine pressent qu’il lui est arrivé quelque chose : il n’avait aucune raison de disparaître ainsi.
En réalité, tandis que la vie de sa femme est bouleversée, Simon, bien vivant, parcourt le monde et se forge un nouveau destin. Il est le seul à savoir ce qu’il a fait, ce qui l’a poussé à partir. Les souvenirs auxquels Catherine se raccroche ne sont que mensonges, tout comme leur mariage. Ce n’est que vingt-cinq ans plus tard, quand Simon refait surface, qu’elle découvre enfin qui il est réellement…. Et il est des vérités plus difficiles à entendre que d’autres.

5 réponses »

Répondre à tomabooks Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s