Littérature

Chute de Christophe Nicolas: mise en abîme convaincante

Les thrillers psychologiques et moi, nous nous comprenons et nous nous aimons l’uns l’autre. C’est sans équivoque mon sous-genre favoris dans le thriller et je pense que ça se passe de commentaire. Cependant, afin d’étayer un poil cette introduction, je vais vous en dresser les points qui me font frissonner. En premier lieu, c’est sans doute les personnes, où la frontière entre le saint d’esprit et la folie est minime et où ces derniers sombrent vite dans la déchéance morale et psychologique. On se retrouve souvent confronté à des personnages perdant la tête, fort de leurs convictions, mais essayant toutefois de garder les pieds sur terre, se persuadant ne pas être fou. Dans un second temps, ce sont les intrigues souvent complexes et démentes qui nous font tourner frénétiquement les pages dans une envie irrésistible de connaître le fin mot de l’histoire. Il s’agit d’un point essentiel. Être autant addict qu’un personnage accro à la bonne came. Ici, dans ce roman, il s’agit d’une mise en abîme maîtrisée par son auteur, qui m’a étonné par ses révélations et la tournure prise par les événements. Une construction qui interpelle et qui aurait le mérite d’être lu par une majorité. Aujourd’hui, je vous présente Chute, écrit par Christophe Nicolas et édité chez Fleuve Éditions.

Thomas Cahin est l’auteur de Chute, le phénomène de cette rentrée littéraire. Ce livre lui apporte le succès, la reconnaissance, la célébrité tant désirés. Ses rêves, enfin, se réalisent. 
Et pourraient se briser aussi vite. Car ce roman, il ne l’a pas écrit. C’est Christophe, son ami d’enfance, qui, comme pris de fièvre, a tapé ces phrases sur sa machine à écrire. Depuis dix ans, Thomas était le gardien de son manuscrit. En l’usurpant, il s’est aussi approprié son histoire, et ses secrets les plus sombres. 
Mais les mots ont un pouvoir. Ils peuvent faire parler les morts et réveiller les vengeances. Ils vont emporter Thomas dans la tourmente, dans une chute quasi inéluctable. 
Une voix, cependant, le guide. Sa conscience ? La folie ? Ou une mise en garde venue d’outre-tombe ? 

Dans l’introduction, je parlais de mise en abîme mais vous avez compris le pourquoi à partir du résumé. Étonnant comment les choses peuvent se dérouler et comment le jeu avec cette mise en abîme peut être double, voire triple. L’auteur du livre s’étant fait subtiliser le manuscrit s’appelle Christophe, comme l’auteur du livre présent. C’est Thomas Cahin qui veille sur ce manuscrit depuis longtemps, oublié dans un carton. Mais lorsque sa femme le découvre et décide de l’envoyer, dans le dos de son mari, aux éditions Foissard, ces derniers sont captivés et propose de l’éditer. Thomas, écrivain plutôt lambda jusqu’alors, n’hésite pas longtemps, connaissant la renommé de cette ME et les perspectives qu’elle offre. Dès lors, il endosse le rôle de l’écrivain officiel de Chute. Mais si c’était si facile, ça se saurait, n’est-ce pas ?

Plusieurs curieux événements vont s’imbriquer dans l’esprit et dans la vie de l’auteur. Il a été aperçu à des endroits où il n’est pas. On lui fait un chantage et on le menace, mais il est le seul à le voir. Imagine-t-il tout ce qui lui arrive ? Et surtout, il y a cette voix dans sa tête, sorte de conscience qui lui dicte les choses à faire, avec qui il entretient un dialogue intérieur déstabilisant pour Thomas, qui ne comprend pas son origine et depuis quand se manifeste-t-elle. Le cadre est posé. À partir de cet instant, la chute de Thomas est irrémédiable. On ne peut pas usurper une identité à ce point sans avoir de dommages frontaux, ou collatéraux. Mais si seulement c’était tout, il s’en serait sans doute sorti…

Car Joseph, policier à la retraite, habitant pas loin de Montpellier, regarde cette émission en direct où passe l’écrivain pour la promotion de son dernier ouvrage. Et certains passages lus du livre l’interpelle et le ramène dix ans en arrière. Il se décide d’acheter le livre en question pour le lire et la stupeur l’envahit bien vite. Ça ne peut être possible et pourtant… Les passages décrit dans ce livre raconte avec précision un meurtre qui a eu lieu près de dix ans auparavant, où Joseph était chargé de l’enquête.

Joseph va rouvrir le dossier et se remettre en selle. Traquer l’auteur et connaître ses raisons. Bien entendu, l’auteur y verra là plusieurs autres facteurs pour donner foi à la persécution dont il fait l’objet, et à alimenter sa paranoïa ambiante qui caractérise si bien les thrillers psychologiques.

J’ai apprécié l’intrigue de ce livre, même si certaines choses m’ont dérangé dans le style de l’auteur, qui se révèle toutefois bon. J’ai été accroché au roman, me suis posé les questions à se poser sans me laisser emporter dans mon élan. Les différentes révélations sont bien amenées et l’on suit un rythme convenu du début à la fin. Le final est lui un peu plus vif et incertain et même assez noir. Même si, intérieurement, je voulais que ça se passe autrement.

En dernier lieu, je dois parler des personnages secondaires qui apportent une certaine matière et consistance au récit. Les parents de Christophe Fontaine sont par exemple bienveillant envers Thomas et ne lui en veulent pas de ce qu’il s’est passé. Isabelle, la femme de Thomas est un personnage qui m’a plu. L’épouse plus ou moins modèle qui accompagne l’auteur dans ses pérégrinations et qui l’aide dans ses différentes tâches, jusqu’à annuler certaines activités au profit des voyages de son mari. Enfin, un petit mot sur l’éditeur au sein du livre. N’ayant encore jamais été confronté à l’un d’entre eux, je ne peux me prononcer mais dans ce livre, il est bien sûr aux petits soins pour son auteur référence, à le couver et à tout faire pour préserver l’image de sa ME, malgré tout ce qu’il va se passer. Il va user de son influence et de son argent pour tenter de faire bouger les choses. 

En bref, un très bon roman psychologique qui devrait être plus vu sur les réseaux pour être lu. Christophe Nicolas joue avec son lecteur et ses personnages dans des mises en abîme maîtrisées. Je n’ai pas eu de coup de cœur, mais je recommande !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s