Cinéma

La Séance Culte : Last Action Hero de John Mc Tiernan

Aujourd’hui, je vous parle de Last Action Hero de John Mc Tiernan (1993) qui représente parfaitement mes rêves d’enfant, mais aussi la perfection.
Ce film sortie en 1993 marque les retrouvailles entre Arnold Schwarzenegger et le réalisateur John Mc Tiernan, six ans après Predator et ne fonctionnera pas autant que prévu au box-office, faute aux annonceurs qui avaient vendu le film comme un long métrage d’action explosif et révolutionnaire. Bon, il faut dire que Last Action Hero faisait face au poids lourd Jurassic Park, mais ça c’est une autre histoire.
Je vais essayer comme pour les autres numéros de La Séance Culte de vous montrer pourquoi ce film est essentiel pour moi et j’espère que vous serez d’accord ou que vous aurez envie de le voir à votre tour.

tomabooks_last_action_hero_poster

Si vous ne connaissez pas, Last Action Hero ça raconte ça :

Danny Madigan, un gamin de 10 ans, voue un véritable culte à Jack Slater, un personnage de fiction, policier invincible, qu’interprète à l’écran Arnold Schwarzenegger. Son vieil ami Nick, le projectionniste, l’invite à voir, tout seul et en avant-première privée, la dernière des aventures de son flic favori, «Jack Slater 4». Il lui confie par la même occasion la moitié d’un billet magique. Incrédule, Danny se trouve projeté sur l’écran, aux côtés de Slater, en pleine scène d’action.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, mais pour moi Last Action Hero a tout d’un grand film. C’est une oeuvre de divertissement bien plus intelligente qu’on pourrait le croire, car elle nous parle de la nature du cinéma, mais également des relations humaines. Je vais essayer d’être clair dans mes propos, bien que des tas d’idées me viennent en tête pendant que je prépare ce retour sur l’un des derniers films d’actions à ne pas être formaté pour un cinéma sans saveur.
Construit comme un véritable commentaire sur les films d’actions (ce sont les dire du réalisateur), Last Action Hero s’ouvre sur un écran de cinéma où se déroule le dernier Jack Slater en date. D’emblée, John Mc Tiernan nous montre que son long métrage va briser le quatrième mur et nous faire pénétrer dans le monde plus ou moins fabuleux du cinéma.

tomabooks_last_action_hero_mc-tiernan

Last Action Hero est bien un film sur la magie du cinéma, mais aussi une certaine mise en garde face à ce qu’il pourrait devenir. Le film de John Mc Tiernan n’est pas une parodie de film d’action, puisque l’auteur va se servir des poncifs du genre pour les dépasser et surtout pour le déconstruire. Tout cela est visible dans la construction du film où les personnages vont passer du monde du cinéma au monde réel avec l’aide d’un ticket magique. Voilà l’un des points qui m’a fait le plus rêver étant enfant (et encore aujourd’hui d’ailleurs), car je trouve ça totalement fou de pouvoir entrer dans le film de notre choix.
Avec l’aide de ce ticket, le jeune Danny Madigan va entrer dans le monde de Jack Slater et va découvrir un univers où tout est possible, tout est parfait et où les héros ne meurent pas. Dans le monde de Slater, le soleil brille, les balles ne font pas mal aux héros. C’est le contraire total dans le monde réel, celui de Danny Madigan, puisque celui-ci est sombre, poisseux, à l’image de celui de Blade Runner, un univers où les méchants peuvent l’emporter.

tomabooks_last_action_hero_arnold_schwarzenegger

N’ayez crainte, Last Action Hero de John Mc Tiernan est bien un film d’action où la testostérone se fait bien ressentir. Le réalisateur est le magicien qui offre ce qu’il y a de mieux à son spectateur. Explosions dans tous les sens, dialogues aujourd’hui devenu culte, références cinématographiques à foison et le cynisme sont les maîtres mots de cette histoire. Les scènes d’actions sont dantesques et sont couplés à une bande originale plus que Rock’n’Roll, puisque le morceau principal n’est autre que Big Gun du groupe AC/DC.
Last Action Hero est une décharge d’adrénaline de qualité pour les fans de films d’actions intelligents, bien loin des productions actuelles où le côté lisse prend beaucoup plus de place. D’ailleurs, il pourrait être intéressant de mettre ce film en parallèle avec celui des sœurs WachowskiJupiter Ascending. En effet, ce dernier est le total opposé de Last Action Hero, puisque le film de Lilly et Lana Wachowski livrent un long métrage qui offre trop de spectacle à un public qui en réclame de plus en plus. On retrouve tout ce que John Mc Tiernan tente de nous expliquer dans son long métrage, puisque les personnages de Jupiter Ascending sont véritablement sans saveurs.

Arnold Schwarzenegger, Austin O'Brien

Arnold Schwarzenegger, Austin O’Brien

Last Action Hero, c’est la rencontre de deux personnages. D’un côté, nous avons Jack Slater qui est un personnage de fiction et qui n’a pas conscience d’en être un. De l’autre, nous avons Danny Madigan, un jeune garçon qui s’enfonce dans sa cinéphilie et surtout dans la saga de Jack Slater, afin de surpasser le décès de son père et ainsi tenter de trouver une figure paternelle dans ce personnage.
Je ne vous cache pas que durant mes premiers visionnages, le personnage qui me touchait le plus était celui de Danny. J’avais beaucoup de peine pour lui et je suivais son parcours avec émotions. Je n’avais pas compris toute la portée symbolique du personnage de Jack Slater, interprété par Arnold Schwarzenegger. Avec ce personnage, John Mc Tiernan nous montre déjà ce que va être le personnage de film d’action dans le futur. Un personnage qui n’a pas forcément d’âme, ni de psychologie. Le réalisateur fait donc passer son personnage de fiction dans le monde réel, afin que celui-ci prenne pleinement conscience qu’un héros doit se construire dans l’adversité.

 

Le quatrième numéro de La Séance Culte touche à sa fin et j’espère qu’il vous aura plu. N’hésitez pas à venir me donner votre avis sur le film dans les commentaires. En tout cas, j’espère que cette séance culte  vous aura plu et que j’ai réussi à vous transmettre tout mon amour pour ce long métrage.
Je vais essayer de revenir très rapidement pour un prochain numéro !

2 réponses »

  1. Excellent article ! Film culte que je visionne au moins une fois par an et qui touche tout particulièrement mon p »tit cœur de cinéphile. Comme tu le dis justement, McTiernan a le talent de ne pas se cantonner à une parodie du film d’action mais à le transcender. Ce réalisateur nous manque aujourd’hui.

    J'aime

    • Merci beaucoup ! Au moins une fois aussi de mon côté, je me suis d’ailleurs offert le BR l’année dernière et c’est un plaisir de le revoir à chaque fois 🙂. Le paysage du film d’action n’est plus le même sans lui… Je ne pourrais cependant pas choisir entre Die Hard et celui-ci ! C’est peut-être l’occasion de refaire un numéro 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s