Cinéma

Au revoir là-haut d’Albert Dupontel

Bonjour à tous,

C’est avec un nouvel article cinéma que l’on se retrouve aujourd’hui. Avec madame Bbunnyhero, nous essayons, depuis quelques jours, de rattraper notre gros retard sur les sorties cinéma. Après avoir vu Carbone d’Olivier Marchal, nous sommes enfin allés voir Au revoir là-haut d’Albert Dupontel.
Bien qu’une bonne partie d’entre vous soit au courant, Au revoir là-haut est une adaptation du livre de Pierre Lemaître. Il est important de souligner que nous n’avons pas lu ce roman et donc, que cet article portera exclusivement sur le film.
Nous avons lu et vu énormément de critiques, quasi tous unanimes, sur le sujet et cela nous a donné envie d’aller le voir.
Alors, qu’avons-nous pensé de ce nouveau film d’Albert Dupontel ? Et bien, pas que du bien et on va vous dire pourquoi.

tomabooks-au-revoir-la-haut-affiche

Novembre 1919. Deux rescapés des tranchées, l’un dessinateur de génie, l’autre modeste comptable, décident de monter une arnaque aux monuments aux morts. Dans la France des années folles, l’entreprise va se révéler aussi dangereuse que spectaculaire..

Une réussite visuelle

Dès la première scène, Au revoir là-haut brille par sa mise en scène et le choix de ses cadres. L’arrivée dans les tranchées se fait d’une très belle manière, pour ensuite se transformer en une boucherie. Le film étonne alors par cette dureté et par cette puissance. Nous entrons directement dans le vif du sujet et nous vivons pleinement cette vie dans les tranchées. La première guerre mondiale était rude et nous le ressentons. Par le biais de cette histoire, nous allons apprendre plus de choses et voir des petits détails que la première guerre mondiale a apporté. On y voit donc le développement de la chirurgie réparatrice et esthétique, ou encore, l’immigration qui a été choisie par la France pour l’aider à combattre, mais aussi à se reconstruire.

« AU REVOIR LÀ-HAUT » Réalisé par Albert DUPONTEL

Revenons sur le côté visuel du film. Au revoir là-haut brille par ses choix de cadres et ses mouvements de caméra. Le travail de mise en scène est incroyable sur ce projet et Albert Dupontel s’apparente à de grands réalisateurs. De nombreux plans sont exceptionnels, mais j’ai surtout retenu celui de l’oeil d’Albert Dupontel.
Les cadres dans ce film expliquent de nombreuses choses qui ne sont pas forcément évoquées dans ce récit. C’est ainsi que nous allons avoir certains cadres pour expliquer la domination d’un personnage sur d’autres, ou encore, pour expliquer les différences sociales entre deux personnes.
Les lumières sont très bien exploitées durant toutes l’histoire et nous voyons bien la différence entre la couleur terne des champs de batailles et les couleurs chaudes des nuits parisiennes dans les années 20.
Cependant, cette utilisation des cadres et des mouvements de caméra nous a donné l’impression d’en voir trop, mais surtout que le film perdait sa propre identité visuelle. 

« AU REVOIR LÀ-HAUT » Réalisé par Albert DUPONTEL

Le tout offre un film populaire français d’une grande envergure. Albert Dupontel détient les clefs de la réussite avec ce bon mélange loufoque, tendre et drôle. Le succès du film vient également par les bons acteurs. Laurent Lafitte est magistrale dans le rôle de ce salaud profitant du conflit pour en faire un commerce. Nahuel Pérez Biscayart, que vous avez pu voir dans 120 battements par minute, est grandiose dans le rôle d’Edouard. Tout passe par son regard, même si nous avons une préférence pour Tom Hardy dans Dunkerque, mais également par sa voix, enfin ses bruits de gorges. Il joue un personnage fantasque, loufoque et parfois difficile à aborder.
Nous apportons une mention spéciale pour tous les masques qui sont tous plus magnifiques les uns que les autres. Les masques sont d’une finesse et d’une loufoquerie ahurissante. Nous avons eu un coup de cœur pour la tête de lion faite entièrement de billets de banque. 

« AU REVOIR LÀ-HAUT » Réalisé par Albert DUPONTEL

Au revoir là-haut manque de plusieurs choses

Ce qui m’a le plus interpellé à la sortie de notre séance, c’est le peu de développement contextuel de ce récit. En effet, connaissant le travail et le côté contestataire d’Albert Dupontel, il est bizarre de voir un film de cette envergure ne pas dénoncer plus de choses, mais surtout plus clairement. La dénonciation de l’utilisation des étrangers pour le sale travail est faite de manière rapide et avec humour. La scène de mise à mort des hauts dignitaires aurait pu être plus intense, mais si nous savions en quoi ces personnages sont mauvais pour nos héros. Au revoir là-haut manque vraiment de contexte et de dénonciation et c’est ce qui pêche au bout d’un moment. Le côté loufoque, drôle et tendre devient beaucoup trop répétitif et nous aurions voulu en voir plus.

tomabooks-au-revoir-la-haut-lafitte

Autre point qui nous a chiffonnés, c’est le manque d’approfondissement sur certains personnages. C’est le cas pour Edouard par exemple, nous pouvons facilement comprendre qu’il veuille oublier sa propre vie, suite à ce qui lui est arrivé, mais il est difficile de le suivre dans son délire d’arnaque au monument aux morts. Nous ne connaissons pas vraiment pourquoi il se lance dans cette aventure et donc ce brusque changement dans son comportement n’est pas forcément justifié. Le développement du père d’Edouard est également assez maladroit. Nous ne comprenons pas vraiment pourquoi cet homme change et ouvre les yeux sur la façon dont il a traité son fils. Le changement de comportement est bien trop peu subtil pour nous faire ressentir quelque chose malheureusement.

tomabooks-au-revoir-la-haut-masque

Au revoir là-haut est donc un film drôle, tendre et difficile à aborder avec son sujet. Un film populaire qui aurait mérité un contexte plus développé, afin d’apporter une dimension supplémentaire au récit. Albert Dupontel offre un film d’une qualité technique irréprochable en termes de mises en scènes. C’est sans aucun doute le film populaire français de cette année 2017, mais Au revoir-là haut n’a pas réellement fonctionné sur nous.

 

6 réponses »

  1. Il est formellement magnifique et m’a beaucoup ému. Mais effectivement il ne me marquera pas comme les autres films de Dupontel car cette-fois ci les personnages ne sont pas approfondis, il leur manque un vrai caractère. Après c’est une adaptation, donc Dupontel s ‘est adapté 🙂

    J'aime

    • Visuellement Dupontel a fait son meilleur film, mais comme tu l’as dit le manque d’approfondissement des personnages handicapent le film et le prive de devenir culte. C’est bien dommage d’ailleurs, mais j’ai énormément envie de découvrir l’œuvre originelle de Lemaitre 🙂

      J'aime

  2. Pour ma part, j’ai aimé une chose que tu pointes comme point négatif : le développement des personnages. On ne nous dit pas tout des motivations d’Edouard mais on nous permet de le comprendre. A partir de là, à nous d’interpréter, de nous mettre à sa place… et je trouve que ça laisse, justement, une impression bien plus forte que si ça nous était expliqué. C’est cohérent, logique d’une certaine façon, mais c’est au spectateur d’être acteur de la compréhension 🙂
    Pour le reste, je rejoins beaucoup ton avis et ai vraiment bien aimé ce film !

    J'aime

    • Je comprends ton point de vue, mais je continue à penser que cela gène la continuation et la compréhension de la psychologie des personnages. Je reste sur mon idée que cela manque de développement, mais cela vient surtout du manque d’approfondissement du côté politique et social du film. Ce que j’ai voulu dire, c’est que l’on ne comprend pas forcément ce que les personnages reprochent aux autorités (à part avoir lancé la guerre) et pourquoi Edouard lance cette arnaque.
      Il faudrait peut-être que je le revoie pour m’en faire une nouvelle idée :). En tout cas, je te remercie pour ce commentaire qui m’a permis d’essayer de m’expliquer 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s