Cinéma

Carbone d’Olivier Marchal

Bonjour à tous,

C’est avec un nouvel article cinéma que je reviens vers vous aujourd’hui. Si vous vous rappelez de l’article des sorties cinéma d’octobre, je vous avais dit que je voulais aller voir Carbone réalisé par Olivier Marchal et c’est aujourd’hui chose faite.
Olivier Marchal est un réalisateur que j’apprécie énormément depuis son premier long métrage, 36 quai des Orfèvres. En effet, le cinéaste a, à mon sens, révolutionné le monde du polar français en termes de réalisation et de réalisme. Il a également réalisé la série Braquo, qui est devenu le gros succès de la chaîne Canal +.  Olivier Marchal est un ancien policier et donc il écrit ses films en connaissance de cause, cependant le réalisateur semble de plus en plus s’intéresser aux malfrats, plutôt qu’aux gentils inspecteurs de police. Ce constat n’est pas sans me déplaire, car j’adore ce genre d’histoire.
Alors, Olivier Marchal révolutionne t-il encore le monde du polar français avec Carbone ? La réponse dans la suite de cet article.

tomabooks-carbone-affiche

Menacé de perdre son entreprise, Antoine Roca, un homme ordinaire, met au point une arnaque qui deviendra le casse du siècle. Rattrapé par le grand banditisme, il lui faudra faire face aux trahisons, meurtres et règlements de compte.

Le réalisme d’Olivier Marchal

Olivier Marchal nous livre, une nouvelle fois, un film brut, coup de poing et réaliste sur le monde du grand banditisme. Nous sommes pris dès le début dans cette histoire et nous n’arrivons pas à décrocher un seul instant. Le réalisateur réussit, encore une fois, à nous transporter dans son récit sombre, mais sans pour autant briller dans sa réalisation et son scénario.
En effet, le scénario de Carbone est déjà vu dans le monde du polar. La montée dans cet univers du grand banditisme par un homme lambda n’est pas quelque chose de nouveau. Le récit m’a semblé lourd, peu inventif et prévisible tout au long de ce film. Le problème vient sans doute du fait que le réalisateur décide de nous divulguer la fin dès la première scène.
L’arnaque à la TVA n’est vraiment pas très facile à comprendre et nous avons trouvé qu’elle allait beaucoup trop vite. Cette rapidité ne permet alors pas de comprendre les enjeux, mais également les risques pour nos personnages. Le scénariste tente, par le biais de Mickaël Youn, de nous simplifier l’explication de cette arnaque, mais nous sommes toujours autant perdu.
Carbone d’Olivier Marchal ne fait donc pas dans la subtilité, mais cela fonctionne plutôt bien, puisque nous sommes pris dans le film.

Olivier Marchal met en place une certaine ambiance tout au long de Carbone en choisissant une classe sociale très aisée. Nous allons donc suivre nos personnages dans le monde de la nuit et du luxe, mais avec toujours autant de justesse et de minutie dans le choix des cadres et des plans. Tel un orfèvre, Olivier Marchal nous fait vivre dans un monde qui nous est inconnu, du moins pour le plus grand nombre d’entre nous. Les choix des lumières et de la colorimétrie m’a beaucoup plu, notamment lors des scènes de nuits et j’ai trouvé ce film parfaitement réalisé d’un point de vue humain.

tomabooks-carbone-magimel-scene

Un casting pertinent

Benoît Magimel crève l’écran avec ce rôle qui lui colle littéralement à la peau. Revenant un peu sur le mythe d’Icare, l’acteur offre une prestation hypnotique, puisque que l’on ne regarde que lui. Il donne au personnage une justesse et une incroyable force mentale, de par ses choix et ses actes. Même si, celui-ci nous semble exécrable dans les premiers instants du récit, nous apprenons par la suite à l’apprécier, puisque nous voyons un homme qui tente par tous les moyens de mettre sa famille en sécurité. Un homme qui tente de satisfaire tout le monde quitte à faire honte à ses parents.

tomabooks-carbone-magimel

Le reste du casting est très bon, notamment avec un Mickaël Youn jouant un comptable très convaincant, ce qui me laisse penser que nous devrions le voir plus souvent au cinéma.
Gringe, le compagnon d’Orelsan, dispose d’un rôle plus en douceur et qui a un peu plus les pieds sur terre. Nous ne le voyons pas assez pour dire s’il est bon, mais il joue bien son rôle.
Laura Smet, quant à elle, est beaucoup plus en retrait, même si elle a une scène d’une rare violence à gérer et qui est, je trouve, très réussi en terme d’intensité.
Face à ce casting, nous avons Olivier Marchal qui essaye de comprendre ses personnages et ses grands bandits, sans pour autant les juger. L’écriture est certes simple, mais elle a le dont de nous donner envie de suivre les personnages jusqu’au bout. Cette force passe par l’écriture et les dialogues qui sont très réalistes et parfois drôle. Cette justesse et cet humour passent principalement par le duo de Gringe et Idir Chender, qui ne cessent de se disputer.

Vous l’aurez sans doute compris, Carbone n’est pas le meilleur film d’Olivier Marchal pour moi. Le film est handicapé par un scénario peu subtil et des facilités scénaristiques trop visibles à mon goût. Cependant, le film réussi bizarrement à nous tenir en haleine et nous suivons avec intérêt l’histoire de cet homme se lançant, sans le savoir, dans le grand banditisme. Benoît Magimel est magistral dans ce rôle d’homme désabusé et prêt à tout pour ses proches et cela fait du bien à voir.

2 réponses »

  1. Et est-ce qu’on comprend bien l’arnaque à la taxe carbone avec ce film ? Car c’est un film sur un banditisme en col blanc clairement, et c’est bien de comprendre le sujet. Il ne m’a pas attirée ne salle, je l’avoue !

    J'aime

    • Et bien figure toi que c’est très floue. Le réalisateur essaye de nous l’expliquer plus simplement avec le rôle de Mickaël Youn. Mais tout va beaucoup trop vite pour comprendre. Tu as l’explication, l’homme est sur la paille. Il décide de se lancer et 10min de film et le malfrat s’achète une Ferrari…
      Et la fin est vite expédiée également :/

      J'aime

Répondre à Aurore Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s