Littérature

La quatrième feuille de Christophe Royer : un drame évitable

En s’inspirant d’un fait réel, Christophe Royer nous offre à la fois un thriller et un drame évitable avec son dernier roman, La quatrième feuille, publié aux Éditions Taurnada. Plongeons dans les affres de l’adolescence et dans celle du harcèlement psychologique et physique. 

La 4eme de couverture

Aujourd’hui, Sophie a tout pour être heureuse : un mari aimant, une famille attentionnée, une amie fidèle, un travail qu’elle adore et une belle maison sur les rives du lac d’Annecy.
Pourtant, à la veille de sa première exposition photo, plusieurs faits troublants vont faire ressurgir des événements tragiques de son passé…
Un flic détruit par sa première affaire, une bande de copines inséparables, un amour toxique…
Et si le cauchemar recommençait ?

La quatrième feuille : un drame évitable

Avec La quatrième feuille, Christophe Royer nous offre bien plus qu’un thriller en jouant avec les limites du drame humain. C’est avec un prologue écrit dans les règles de l’art que le romancier nous attrape. On sent la détresse qui émane de ces quelques lignes, l’aigreur, mais surtout une certaine folie qui continuera à planer au-dessus de nous durant le reste de la lecture. On l’aura compris, l’auteur nous donne la température de ce qu’il va se passer dans la suite des événements.
Qu’on se le dise, ce romancier sait y faire pour nous apporter un récit qui va nous tenir en haleine jusqu’au bout. Celui-ci joue avec des chapitres courts, mais surtout avec cette volonté de s’amuser de notre curiosité. On ne peut s’empêcher de tourner les pages pour comprendre les raisons de cette détresse décrite dans les premières pages. Christophe Royer va alors se jouer de nous pour nous offrir un roman à deux vitesses et qui va prendre son temps dans une première partie où l’on va découvrir certains personnages et ce danger qui se fait peu à peu ressentir.

Publicités

Si la première partie pose donc les bases, c’est pour mieux nous transporter dans un passé pas si lointain par la suite. Bienvenue dans les années 2000, lieu où les adolescents découvrent les joies d’avoir un téléphone portable avec un forfait illimité soir et week-end pour discuter entre eux. Christophe Royer profite de ce retour dans le passé pour développer davantage les relations entre ses personnages, mais aussi pour nous montrer comment cette histoire a pu débuter. La quatrième feuille évoque donc avec une certaine force les premiers émois amoureux, la puissance d’avoir un groupe d’amis, mais aussi l’accentuation des cas de harcèlement psychologique dû aux nouvelles technologies. Le romancier décortique les relations, tisse une toile pour nous faire comprendre la dangerosité d’une affaire banale. Le poison s’immisce en nous et la noirceur augmente petit à petit jusqu’au point de non-retour, bien que l’on aurait pu en attendre encore plus. 

La suite est sans appel. On sent que le drame n’est pas loin d’arriver et qu’il sera violent. On connaît l’identité des prochaines victimes, mais aussi du tortionnaire. Cela rend l’histoire d’autant plus tragique, notamment lorsque l’on voit la police piétiner à cause de diverses procédures, alors qu’ils sont bien conscients de ce qu’il se passe. Christophe Royer joue la carte du drame pour nous attraper, pour nous faire vivre un petit enfer et pour nous apporter cette sensation d’inévitable. La quatrième feuille donne froid dans le dos, tant on a l’impression que cette histoire pourrait arriver à n’importe qui dans notre entourage. La folie est là, elle peut se déclencher chez n’importe qui et le roman devient d’autant plus fort lorsque l’on se rend compte que le romancier s’est inspiré d’un fait réel pour construire son intrigue. 


En jouant la carte du réalisme, Christophe Royer sait qu’il va nous tenir en haleine et nous apporter notre lot d’horreur. La quatrième feuille est le genre de drame qui fonctionne parfaitement, bien que l’on aurait pu, selon mes goûts, plonger davantage dans la folie humaine et dans sa noirceur. Il n’empêche que le romancier a su toucher la petite corde sensible au fond de moi pour me procurer un moment de lecture intense et intéressant sur la question du harcèlement psychologique et physique. 


Cliquez ici pour vous procurer La quatrième feuille de Christophe Royer


Cliquez ici pour vous abonner à la box Kube


Publicités

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s