Coup de coeur

[CRITIQUE] : Kingdom : Ashin Of The North de Kim Seong-hun et Kim Eun-hee (2021)

Kingdom, la série sud-coréenne de Netflix, a su démontrer en seulement deux saisons qu’elle était la meilleure réponse face au déclin perpétuel de The Walking Dead. Ce succès n’est vraiment pas démérité, puisque le duo Kim Seong-hun (à la réalisation) et Kim Eun-hee (au scénario) ont su se démarquer de la concurrence en nous offrant un mélange habile entre intrigues politiques d’une époque que nous, occidentaux,  ne connaissons que très peu, horreur viscérale, action épique et le tout mis en scène dans des décors naturels somptueux.
En attendant que la troisième saison arrive sur nos écrans, le duo nous offre un épisode spécial avec un prequel qui ravira assurément les fans de la première heure, mais aussi celles et ceux qui n’ont pas encore mis leur nez dans cette série incroyable.

Dans cet épisode spécial, drame, trahison et une étrange découverte attisent le désir de vengeance d’une femme marquée par la disparition de sa tribu et de sa famille.

Le premier constat que l’on peut faire en sortant de cette séance spéciale, c’est que Kim Eun-hee et Kim Seong-hun nous offrent, encore une fois, bien plus qu’un épisode d’une série. Avec ce Kingdom : Ashin Of The North, on ressent cette volonté de s’affranchir des codes de la série TV pour partir vers quelque chose de bien plus cinématographique, épique et dramatique. En ce faisant, le duo prouve que leur création est bien loin d’être calibrée pour la plateforme Netflix et je peux vous garantir que ça donne de l’espoir pour d’autres productions de ce type. Ce besoin permanent de nous offrir un objet filmique passe par de nombreuses idées de mises en scène qui jouent avec son cadre et ses éléments pour faire avancer le récit et pour nous faire comprendre à un instant T où en sont les personnages.
Cette envie de cinéma passe aussi par l’utilisation de la nature pour nous offrir une odyssée, à la fois merveilleuse et tragique. Autant vous dire que cet épisode spécial de Kingdom émerveille par sa beauté, sa grandeur et l’utilisation toujours plus grande de son territoire.

Publicités

Kingdom : Ashin Of The North est un prequel de grande qualité plastique et je peux en dire de même en termes de dramaturgie. En effet, Kim Eun-hee nous plonge dans une histoire épique qui s’inscrit quelques décennies avant les deux premières saisons, et suit le personnage de Ashin, aperçu lors du final de la deuxième saison. D’abord enfant, puis adolescente et jeune femme, cet épisode spécial va nous permettre de comprendre comment le royaume de Corée a pu sombrer dans l’horreur de la peste zombie. C’est en digne héritier de George A. Romero, que le duo va nous offrir une fresque politique intense et meurtrière, afin de nous montrer la folie des Hommes, leur cupidité et leur envie de division pour le pouvoir. Ici, c’est bel et bien l’espèce humaine qui est à l’origine de toutes les horreurs et le zombie ne devient que métaphore de ce mal.
À la fois très resserré dans le temps pour nous montrer la rapidité avec laquelle le peuple rejeté de Ashin disparaît sous l’assaut d’un autre peuple, à des fins politiques, mais aussi très étendu, puisque nous allons suivre le cheminement psychologique de cette jeune fille qui a tout perdu, jusqu’à sa vengeance froide, désespérée et violente.

Comme son nom l’indique, Kingdom : Ashin Of The North tire sa force du personnage d’Ashin. En nous plongeant au sein de son esprit tourmenté, Kim Eun-hee et Kim Seong-hun nous donnent la possibilité de comprendre cette anti-héroïne dans sa quête vengeresse. Si l’on s’attache immédiatement à cette jeune fille espiègle et que l’on comprend son chagrin, sa douleur, on est bien obligé d’admettre que l’on continue à la suivre par la suite dans ses tentatives d’espionner le peuple qui a détruit le sien. Entre sa tristesse profonde et son désespoir, Ashin s’avère être une jeune femme tenace et qui fera tout pour se venger. Le point de bascule arrive lorsque l’envie d’utiliser la plante de résurrection est là. Dès lors, c’est une Ashin froide qui déverse sa folie et qui devient, par le fait, le déclencheur des événements de la série TV. Le final se termine dans un bain de sang épique et d’une violence implacable, offrant ainsi un beau moment de frousse. Appuyé par la mise en scène du réalisateur, ce final nous entraîne toujours plus loin dans la folie de son personnage avec ces quelques plans sur son visage implacable, observant le massacre qui se joue sous ses yeux. Pourtant, il est impossible de ne plus rien ressentir pour elle, voire même de ne pas comprendre ce dernier geste. IMPLACABLE…

Publicités

Kingdom : Ashin Of The North continue à nous offrir du grand spectacle et à s’affranchir du spectre de la série TV, afin de nous offrir toujours plus visuellement. Le duo s’empare de ce préquel pour nous apporter un souffle toujours plus épique et dramatique autour de cette peste zombie. Si vous ne deviez regarder qu’une seule chose ce week-end, c’est bien cet épisode spécial.

Note : 4.5 sur 5.

Publicités

5 réponses »

  1. KINGDOM gagne encore en ampleur et apparait en effet de plus en plus comme le GAME OF THRONES de Netflix. Cet épisode quasi indépendant du reste de la série le monte avec brio. Un seul bémol pour ma part : les animaux numériques d’une laideur absolue et filmés comme dans un jeu vidéo. Et puis l’absence de Bae Doo-na 😁.

    Aimé par 1 personne

    • Je partage ton bémol sur les animaux numériques qui risquent de terriblement mal vieillir dans le temps… Hâte de voir ce que le duo va nous proposer pour cette troisième saison en tout cas.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s