Littérature

Les yeux fermés de Chris Bohjalian : un sans-faute

Publié le 12 mai dernier aux Éditions Le cherche midi, Les yeux fermés de Chris Bohjalian est le genre de roman qui fera parler de lui, tant il risque à la fois de laisser quelques lecteurs sur le côté et d’en détruire quelques-uns par son histoire à la fois captivante et touchante…

Retour sur un roman qui a fait un sans-faute dans mon cœur de lecteur. 

La 4eme de couverture

La disparition d’Annalee Ahlberg est inquiétante. Atteinte de somnambulisme, ce n’est pas la première fois que cette jeune mère bien sous tous rapports quitte sa maison au milieu de la nuit. Mais cette fois, elle n’est pas revenue. Lorsqu’on retrouve la chemise de nuit d’Annalee près d’une rivière, son mari Warren et ses deux filles se préparent au pire. Très vite cependant, des questions surgissent. Pourquoi n’était-elle atteinte de ses fameuses crises de somnambulisme que lorsque son mari était absent ? Où est le corps ? Si la vie d’Annalee semble soudain plus complexe et mystérieuse qu’au premier abord, il apparaît bientôt que les autres membres de la famille ont eux aussi des secrets et beaucoup de choses à se reprocher…

À la façon des Apparences de Gillian Flynn, Chris Bohjalian tisse une intrigue perverse et captivante. En véritable magicien, il nous tient en haleine de la première à la dernière page jusqu’au coup de théâtre final qui place le livre au niveau des plus grandes réussites du genre.

Les yeux fermés : un sans-faute

J’ai bien cru que la lecture de ce roman allait être un rendez-vous manqué. Il faut dire que j’ai débuté ce récit dans une période où je sentais une baisse au niveau de mon envie de découverte littéraire. J’avais besoin d’un roman rapide avec des chapitres courts, beaucoup de dialogues et qui va à l’essentiel. Autant vous dire que les deux premiers chapitres ont été une véritable épreuve pour moi… Des phrases à rallonge, peu de dialogue, beaucoup de descriptions psychologiques et de l’environnement et surtout des chapitres de quasi-trente pages. Bref, j’ai bien senti que Les yeux fermés allait être compliqué pour moi. Résultat, j’ai mis le roman en pause le temps de lire autre chose et je peux vous garantir que j’ai bien fait.

Je suis revenu à ma lecture, gonflé comme jamais, et je me suis plongé à corps perdu dans ce récit à la fois envoûtant et mélancolique. Autant le savoir tout de suite, Les yeux fermés de Chris Bohjalian est davantage un roman noir dramatique, qu’un thriller. De par son rythme lancinant, son atmosphère plombante et par sa plume élégante et profonde, l’auteur nous plonge dans la détresse d’une famille face à une disparition. Ici, il ne faut pas s’attendre à recevoir quelques pointes de lumière, puisque le récit est sombre, tantôt résigné, tantôt désespéré. Ne vous attendez pas non plus à des retournements de situation à chaque chapitre, puisque le suspense n’est pas ce que l’on recherche ici. Le romancier s’attache plutôt à nous faire ressentir les émotions de ces quelques membres suite à cette disparition soudaine.
Entre l’envie de comprendre ce qui a bien se passer durant cette nuit fatidique, l’enquête personnelle de la cadette de la famille autour des connaissances de sa mère et cette sensation de culpabilité, Chris Bohjalian joue avec cette envie de savoir, de connaître la vérité et la magie opère. On suit les faits avec délectation et on finit par s’attacher aux membres de cette famille, à leurs sentiments, à leur envie de faire leur deuil, bien que l’on ne sache pas ce qu’est devenue la disparue… 

Les yeux fermés repose sur une recette simple, mais qui fait mouche à tous les coups. L’ambiance est là, pesante, mystérieuse, lancinante et elle appuie cette sensation de doutes envers tous les personnages. On ne peut pas réellement parler de paranoïa, mais on s’enfonce facilement dans cette envie de voir le coupable partout, à chaque coin de rue. Pourtant, Chris Bohjalian ne joue pas avec nous. Tout y est crédible, simple, comme peut l’être un drame au final. La résolution de toute cette histoire se fait par le hasard des déductions et elle nous semble à la fois terriblement logique, mais aussi glaçante et dramatique…
Si le roman vous marquera, c’est aussi par sa thématique qui interpelle. Le somnambulisme n’est pas quelque chose que l’on connaît forcément très bien et qui reste même un mystère pour certains. D’autant plus que le romancier part sur une forme rare, qui m’était inconnu, et qui instaure quelque chose de mystique, de terrible, tout en restant dans un réalisme puissant. 


À la fois roman noir, thriller psychologique et drame familiale, Les yeux fermés s’avère être une véritable bonne surprise qui a su me tenir en haleine. Tout n’est que justesse, intelligence et profondeur dans ce roman passionnant. Je suis certain que Chris Bohjalian va réussir à toucher un grand nombre de lecteurs avec cette histoire. 

Publicités

Pour vous procurer Les yeux fermés, c’est par ici. 

7 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s