Bilan

FOCUS CULTUREL – AVRIL 2021

Cette fois-ci, je suis dans les temps et je vais mettre en place une routine pour être à l’heure tous les mois ! (On y croit ?)

Entre romans, BD, comics, séries TV, films, podcasts et musique, voici un aperçu de ce qui s’est passé pour moi durant avril.

FOCUS – LITTÉRATURE

Batman – Année un de Frank Miller et David Mazzucchelli (Urban Comics)

J’ai commencé ce mois d’avril avec une envie toute particulière et qui s’est transformé en véritable obsession au fil des jours : lire de la BD, du comics et du roman graphique. J’ai donc débuté avec ce que j’avais sous la main et c’est tombé sur le merveilleux Batman – Année un de Frank Miller et David Mazzucchelli. Le titre est idéal pour les débutants, puisque le duo nous entraîne dans la crasse de Gotham pour nous faire vivre l’apprentissage de Bruce Wayne et de James Gordon. Batman devient un mythe devant nos yeux et celui-ci combat la brutalité de sa ville avec ses tripes. Ici, le duo nous parle des différentes façons de combattre le crime, l’injustice, tout en restant maître de ses convictions. 

Kappa Thêta Upsilon de Nicolas Koch (Rocambole)

Quelques difficultés à dormir et pour ne pas réveiller madame, j’ai décidé de profiter de mon application Rocambole pour découvrir la nouvelle histoire de l’auteur Nicolas Koch (Un fruit amer / Ghosts Of L.A.). Cette fois-ci, l’auteur nous embarque avec lui dans le Chicago de la prohibition pour nous faire vivre une enquête teintée d’occultisme et de cultisme autour du célèbre H.P. Lovecraft. Tout est là pour nous plaire avec une écriture toujours aussi forte, un rythme prenant de bout en bout et surtout avec une ambiance particulière qui se prête bien au petit matin. Kappa Thêta Upsilon est une courte histoire parfaite pour vos nuits d’insomnies. N’ayez pas peur, suivez cette drôle d’incantation. Cthulhu attend son dû…

Les somnambules de Chuck Wendig (Éditions Sonatine)

J’ai profité de quelques jours de repos pour me lancer dans l’aventure avec Les somnambules de Chuck Wendig est le moins que l’on puisse dire, c’est que j’ai bien fait. L’auteur livre ici une véritable prouesse artistique en nous offrant un roman fleuve de plus de 1200 pages, tout en réussissant à nous captiver du début jusqu’à la fin. Je ne vous mentirai pas en vous disant que le roman fera partie des titres de la décennie, tant celui-ci nous parle de notre société avec brio. C’est sombre, tout en gardant un poil d’espoir et nous offre le miroir de notre société. La peur est au centre de cette histoire et celle-ci nous montre que notre monde est prêt à basculer à tout moment. Bref, le roman est une véritable aventure qui nous pousse dans nos retranchements et nous offre quelque chose d’inoubliable. 

Basketful Of Heads de Joe Hill et Leomacs (Urban Comics)

Nouvelle incursion dans le monde du Comics grâce à Urban Comics qui m’a gentiment envoyé un exemplaire de Basketful Of Head de Joe Hill et Leomacs. Le duo nous entraîne dans un thriller à tendance horrifique bourré d’humour noir et surfant sur la tendance des années 80. C’est un véritable hommage que l’on a sous les yeux et l’histoire nous plonge dans un rythme intense qui ne s’arrête qu’en la terminant. Je n’ai rien de plus à dire, à part que c’est une réussite qui donne envie d’en avoir plus. 

La chasse de Bernard Minier (XO éditions)

Première incursion dans le thriller pour le mois d’avril et quel super moment ! Bernard Minier nous plonge dans un récit brûlant, fiévreux, dangereux, tout en jouant entre fiction et réalité. L’auteur nous offre une enquête palpitante qui ne laisse aucun moment de répit. La chasse nous plonge le nez dans la crasse pour faire un état des lieux d’une France qui se fracture de plus en plus au fil des années. La situation est sous tension et devient difficile à contenir. L’auteur nous montre ce qu’il pourrait se passer et il n’a jamais été aussi proche de la réalité… 

Batman Silence de Jeph Loeb et Jim Lee (Urban Comics)

J’ai continué ma découverte du Chevalier noir de Gotham avec le comic book, Batman Silence de Jeph Loeb et Jim Lee. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le scénariste nous offre tout ce qui fait le charme de Batman avec une enquête pleine de mystère et de danger. Celui-ci n’hésite pas à nous plonger dans les pensées de l’homme chauve souris pour que l’on ait les mêmes clefs de compréhension que lui, bien qu’il nous offre un peu plus à certains moments. Batman Silence devient alors aussi passionnant qu’une enquête d’Agatha Christie et l’envie d’en savoir plus devient de plus en plus forte au fil des pages. On découvre par la même occasion une grande palette de personnages, puisque l’histoire se déroule à la fois dans Gotham, mais aussi à Metropolis. Je vous laisse la surprise des amis et des adversaires, mais cette réunion fait de ce titre une véritable réussite.

Publicités

Les voisins de Fiona Cummins (Slatkine & Cie.)

Après une courte pause, je suis retourné vers le thriller, mais cette fois-ci dans sa partie domestique. J’attendais la sortie du nouveau Fiona Cummins (Le collectionneur / L’ossuaire) avec impatience et je peux vous garantir que je n’ai pas été déçu. L’autrice nous plonge dans une banlieue anglaise pour nous offrir le mélange parfait entre histoire de serial killer et thriller domestique. C’est dans une histoire pleine de mystère que la romancière nous entraîne pour finalement nous donner un conte macabre de grande qualité et d’une grande force. 

La forêt des disparus de Olivier Bal (XO éditions)

C’est après de très bonnes lectures que je me suis lancé dans le roman que j’attendais le plus ce mois-ci. Olivier Bal (Les Limbes / Le maître des limbes / L’affaire Clara Miller) revient avec un thriller de grande qualité jouant sur tous les fronts pour nous offrir un divertissement incroyablement fort. Tout est là pour faire plaisir aux amateurs du genre, puisque le romancier nous entraîne dans une enquête jouant avec quelques codes de l’horreur pour nous faire vivre une aventure qu’on n’oubliera pas de sitôt. L’ambiance est soignée, à la limite de la paranoïa et tout cela est accentué par une galerie de personnages qui reste en mémoire. On s’attache, on souffre, on craint et on vit cette enquête comme si on y était. Olivier Bal livre ici une véritable réussite qui entre directement dans mon top de l’année. 

Le Prédicateur de Léonie Bischoff et Olivier Boquet – d’après le roman de Camilla Läckberg (Casterman BD)

J’ai continué dans le monde du roman noir et du polar, mais cette fois-ci dans le format BD. Je dois dire que je ne connaissais pas réellement le concept et je suis agréablement surpris, puisque je trouve que c’est une bonne porte d’entrée pour découvrir le monde du polar scandinave. Le duo Léonie Bischoff et Olivier Bocquet nous offre une adaptation de qualité, puisqu’ils ont réussi à maintenir le rythme et le mystère sans que l’on sente réellement le manque d’approfondissement. Il est indéniable que nous sommes dans un roman noir nordique dans le sens où l’on retrouve l’ambiance et les thématiques chère à ce genre. Bref, Le Prédicateur donne envie de découvrir l’oeuvre originale, preuve que tout fonctionne.

Sous mes yeux de K.L. Slater (Éditions Hauteville)

Après toutes ces émotions, j’avais besoin de “légèreté” et c’est ainsi que je me suis lancé dans la lecture de Sous mes yeux de K.L. Slater. Grave erreur, puisque c’est un flop de mon côté. L’autrice nous offre un thriller psychologique vu et revu, sans réelle surprise et le tout écrit à la truelle. La seule chose que je garde de cette lecture, c’est la thématique du pervers narcissique qui est bien exploité et qui offre des envies de violence envers un des personnages. Le roman entre donc dans la catégorie des vite lus et vite oubliés.

Algues vertes – l’histoire interdite d’Inès Léraud et Pierre Van Hove (Éditions Delcourt)

Avant dernière BD de ce bilan culturel du mois et on arrive sur un gros coup de cœur. Inès Léraud et Pierre Van Hove offrent ici une véritable enquête de santé publique autour de cette algue verte qui sévit et qui tue en Bretagne. Autant vous dire que cette oeuvre doit être lue de tous et que le message doit continuer à se diffuser, tant l’enquête est révoltante. Les auteurs reviennent sur tout le système de l’agro alimentation en pointant du doigt les lobbies et les autorités compétentes qui ferment les yeux et continuent à se faire de l’argent aux dépens du contribuable et des agriculteurs. Algues vertes – l’histoire interdite est le genre de BD qui donne envie de sortir les fourches et de tout cramer sur son passage… 

88 de Pierre Rehov (Cosmopolis éditions)

Dernier roman du mois avec 88 de Pierre Rehov et je ne vais pas vous cacher que je ne sais toujours pas vraiment quoi en penser. Il faut dire que je suis peu adepte du thriller qui se base sur l’Histoire et sur “l’espionnage”, tant est si bien que je ne me suis pas vraiment impliqué émotionnellement aux côtés des personnages de ce récit. Cependant, je dois bien admettre que je n’ai rien à redire sur l’écriture de Pierre Rehov, tant celui-ci nous plonge dans une enquête palpitante, proche du pulp et qui a su me surprendre en fin de compte. Il aura fallu que je creuse un peu plus loin pour y déceler une puissance évocatrice qui fait que celui-ci m’ait sorti de ma zone de confort. 

Demain les chats de Pog et Naïs Quin – d’après le roman de Bernard Werber (Éditions Albin Michel)

J’ai terminé le mois avec cette adaptation en BD du roman de Bernard Werber, Demain les chats. Pour être tout à fait honnête, je ne savais rien de cette histoire et je suis agréablement surpris. J’ai aimé le travail de Pog et Naïs Quin sur les textures, les couleurs et sur les dessins mettant en images la ville de Paris dévastée par la bêtise humaine. L’histoire est prenante, pleine de rebondissement et elle semble aussi très riche en termes de thématique. L’oeuvre ne cesse de nous questionner sur notre humanité et sur le partage, si bien qu’elle donne envie de découvrir le roman originel et d’avoir la suite au plus vite. 

FOCUS – SÉRIES TV

The Walking Dead (Saison 1 à 4)

Ce mois-ci, on a laissé un peu de côté Charmed parce qu’on est tombé dans la frénésie The Walking Dead. J’avais essayé de la regarder il y a quelques années et j’avais vite abandonné par manque d’intérêt, pourtant tout fonctionne cette fois-ci. Je dois dire que l’on s’est pris au jeu et que l’on suit ces survivants avec envie. Si certains arcs narratifs passionnent moins que d’autres, j’aime suivre l’évolution des personnages, de leur relation entre eux, ainsi que de découvrir jusqu’à quel point l’humain est capable du pire pour survivre. Je retrouve goût aux séries TV grâce à ce show ! 

FOCUS – CINÉMA

Palm Springs de Max Barbakow

Seul film du bilan, puisque l’on passe notre temps devant The Walking Dead, Palm Springs de Max Barbakow s’avère être une agréable surprise et une belle comédie romantique qui réussit à jouer sur plusieurs plans pour nous surprendre. En utilisant le concept de la boucle temporelle, le réalisateur apporte un vent de fraîcheur dans le genre très codifié qu’est la comédie romantique. On se prend vite au jeu et on s’attache parfaitement aux personnages, bien qu’Andy Samberg fasse du Andy Samberg.

FOCUS – PODCAST

  • La gazette du Maine – Conversation avec des fans pour les 10 ans de Stephen King France
    Je crois que c’est l’une des choses les plus incroyables que j’ai faite cette année. J’ai pris sur moi, j’ai surmonté mon trac et mon mauvais matériel pour parler du King. 
  • PifffCast – Ça va trancher
  • Adapte-Moi Si Tu Peux – Gone Girl
  • Capture Mag – épisode 31 : Mel Gibson
  • Heavystériques – Les publics

FOCUS – MUSIQUE

Cannibal Corpse – Violence Unimagined

Gojira – Fortitude

Publicités

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s