Coup de coeur

La chasse de Bernard Minier : entre fiction et triste réalité

Si vous êtes à la recherche d’un thriller qui joue habilement entre la fiction et la réalité de notre société, alors je pense que La chasse de Bernard Minier publié chez XO éditions est fait pour vous.

L’auteur vous embarque dans une enquête au rythme implacable et vous fera longuement réfléchir sur ce que l’on vit actuellement…

Suivez-moi, je vais vous en dire plus. 

La 4eme de couverture

« Il y a des ténèbres qu’aucun soleil ne peut dissiper. »
Sous le halo de la pleine lune, un cerf surgit de la forêt.

L’animal a des yeux humains.

Ce n’est pas une bête sauvage qui a été chassée dans les forêts de l’Ariège…
Dans ce thriller implacable au final renversant, Bernard Minier s’empare des dérives de notre époque.

Manipulations, violences, règlements de comptes, un roman d’une actualité brûlante sur les sentiers de la peur.

La chasse : entre fiction et triste réalité

Il faut bien l’admettre, Bernard Minier sait y faire pour nous captiver en seulement quelques pages. Celui-ci nous plonge dans la peau d’une personne prise en chasse au cœur d’une forêt, en pleine nuit. Perte de repaire, adrénaline et frayeur viennent s’infiltrer au plus profond de nous. Il est trop tard, l’auteur nous a dans ses filets. On ne peut plus reculer, on veut en savoir plus, on souhaite connaître les raisons de cette barbarie. Nous sommes pris dans les phares de cette enquête, nous ne pouvons plus reculer.
La chasse
s’articule autour d’une seule semaine d’enquête, si bien que l’histoire nous invite à vivre dans l’urgence et surtout dans l’attente de quelque chose de bien plus grand encore. L’adrénaline sera bien là jusqu’aux dernières pages et Bernard Minier ne nous laisse que très peu de répit pour reprendre notre souffle. Le roman tient ses promesses et nous invite à toujours plus nous enfoncer dans cette enquête, si bien que celle-ci donne un aspect nouveau à ce que l’auteur avait l’habitude de proposer. Celui-ci perd peut-être un peu de son originalité, au profit d’un rythme percutant qui ne laissera personne indemne. C’est un risque que l’auteur prend, mais autant vous dire qu’il est gagnant pour moi. 

La chasse est un page-turner, mais sans pour autant être un simple divertissement vide d’intérêt. L’auteur joue les équilibristes entre fiction et réalisme, si bien que son roman prend une profondeur inattendue. Bernard Minier nous plonge sans compromis dans ce qu’est notre société actuellement, entre crise sanitaire et haine du flic. N’ayez crainte, l’auteur ne pose pas comme un moralisateur. Celui-ci nous accompagne, nous montre la triste réalité qui prend de plus en plus de place dans notre société. Inutile de se mettre des œillères, le monde va mal et certains en profitent pour jouer avec la peur, pour l’instrumentaliser, pour faire basculer tout un pays… J’aime quand les auteurs de polar me scotchent à mon canapé, me mettent le nez dans la merde, me donnent un uppercut dans le foie et je peux vous assurer que je suis servi avec cette nouvelle cuvée signée Minier. 

Le rythme est là, le fond aussi et l’auteur en ajoute une couche en apportant toujours plus de profondeur à ses personnages et tout particulièrement à celui de Servaz. Que les choses soient claires, entre et moi ce n’était pas le grand amour. Je n’aimais pas son côté intello qui, je trouve, le rendait imbu de lui-même, antipathique et surtout faux. Pourtant, les choses se sont améliorées entre nous deux au fil des lectures et je peux même vous dire que nous sommes enfin réconciliés. Servaz est finalement comme nous. Il vit avec son temps, tente d’évoluer en même temps que la société, bien qu’il se sente dépassé par certaines choses. Finalement, Servaz change, grandit en même temps que son lectorat et je finis par me retrouver dans son cynisme, dans sa vision des choses, dans son courage, son code d’honneur.
Bernard Minier se sert de ses différents personnages, protagonistes comme antagonistes, pour pointer du doigt toute la merde qui surgit depuis quelques années chez nous. Il joue avec tout cela pour nous montrer différents points de vue, pour nous montrer que le monde est loin d’être tout beau, que la peur s’installe tranquillement dans nos foyers et que la haine grandit chez tout le monde… La fiction se mélange parfaitement avec la réalité et prouve, une nouvelle fois, que Minier reste un pilier du roman noir et du polar. 


Voilà vous l’aurez compris, La chasse est un grand oui pour moi. Bernard Minier nous offre un polar au contexte brûlant, sans concession et au rythme qui ne faiblit jamais. Je n’ai rien d’autre à dire de plus, à part qu’il faut vite vous le procurer !

Publicités

Pour vous procurer La chasse de Bernard Minier, c’est par ici.

11 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s